En parcourant les routes aux collines boisées de Corrèze, à une vingtaine de kilomètres de Brive, le promeneur arrive à Aubazine. Une ancienne abbaye cistercienne du 12è siècle est l’attraction touristique de ce tranquille village.

En juin 2017, que venait faire une célèbre actrice hollywoodienne, égérie Chanel, entre les hauts murs de cette abbaye ? Le magazine Grazia du 22 septembre avait organisé une séance de photos de mode avec Kristen Stewart ! Ce shooting est un hommage aux origines corréziennes de la célèbre créatrice de la maison Chanel : Gabrielle Chanel ; le parfum Gabrielle est à la vente depuis début septembre.

Une orpheline en Corrèze

Coco Chanel a souvent réinventé son enfance afin de taire ses jeunes années dignes des « Misérables ». C’est Edmonde Charles Roux, dans sa biographie de Coco Chanel – « L’irrégulière »,qui la première va révéler la présence de la jeune Gabrielle à Aubazine. En effet, en 1895 à l’âge de 12 ans, elle est abandonnée avec ses deux sœurs par son père . Sa mère venait de décéder d’épuisement à Brive.

C’est dans la plus grande misère que Gabrielle arrive au monastère devenu orphelinat depuis 1854. Elle le cachera toute sa vie, tout comme l’abandon de son père qu’elle ne reverra jamais. Mais elle ne cessera de rendre hommage, tout le long de sa vie de créatrice, à la beauté austère et grandiose de ce bâtiment cistercien dans lequel elle passera sept années. Elle s’y initiera aux travaux d’aiguilles et saura observer avec curiosité les murs et les vitraux de l’abbaye, durant les très longs et froids offices religieux des sœurs de la Congrégation du Saint Cœur de Marie .

Un bâtiment historique unique

Aubazine est une abbaye fondée au 12è siècle sur un piton rocheux au milieu d’une foret dense, par Saint Étienne, ermite puis moine cistercien. Elle est érigée face à la quarantaine de monastères clunisiens de la région comme symbole résistant de son ordre, et se développe grâce aux travaux des moines convers. Sous les toits bourguignons et protégée par une tour de guet, l’abbaye compte une cuisine, des dortoirs, une infirmerie, une bibliothèque, un scriptorium, ainsi qu’une fontaine miraculeuse et un jardin de fruits et légumes.

Les moines convers permettent l’essor de l’abbaye grâce à l’exploitation des marais salins d’Oléron, des vignes de Donzenac, des blés du bassin de Brive, des pâturages d’estive de Salers et de la pisciculture du canal des moines. En 1854, le monastère est repris par une congrégation de sœurs qui le transforme en orphelinat. C’est cet univers esthétique et rude cistercien, où tout ornement, couleur ou représentation biblique est banni par peur de la distraction, qui va influencer à jamais l’imaginaire de la plus célèbre créatrice de mode française Coco Chanel. Car si Gabrielle Chanel a voulu nier l’abandon miséreux de son enfance, elle restera fidèle aux sœurs en les aidant financièrement et, elle n’aura de cesse de rappeler dans ses œuvres les couleurs et formes géométriques d’Aubazine la cistercienne .

be art mode vitrail abbaye Aubazine correzebe art mode détail sol aubazine en forme etoile chanel aubazinebe art mode abbaye aubazine chanel soeurDe l’influence d’Aubazine sur la création Chanel

Le sens du dépouillement du style Chanel prend racine à Aubazine.

  • L’austère beauté de l’abbaye fait écho aux créations épurées et révolutionnaires de Coco Chanel aux tons si particuliers de noir, blanc , beige. Le noir et blanc des uniformes des pensionnaires répond au beige des hauts murs sobres du monastère. On dit aussi que certaines ceintures rappellent les cordelettes des sœurs .
  • Les splendides vitraux du 12è siècle, éléments non colorés typiquement cisterciens, gris tout en courbes et entrelacs sont sans aucun doute à l’origine du logo Chanel, fait de « C » entrelacés. Ce sont ces mêmes vitraux si caractéristiques qu’a repris la maison Chanel dans l’élaboration de la montre Mademoiselle Privé au printemps 2017 présentée au Baselword 2017. Cette pièce de joaillerie exceptionnelle d’or blanc, de 552 diamants et de satin noir évoque les motifs géométriques des panneaux de lumière d’Aubazine .
  • Si le flacon du numéro 5 nous rappelle les encadrements des fenêtres simplement surlignés de lignes sombres, son bouchon est indéniablement inspiré du clocher roman octogonal de l’église : plan unique au monde réalisé par un système de gradins de pierre .
  • Les pisés en étoiles du sol des dortoirs ont laissé une empreinte dans l’imaginaire de Coco Chanel qui disait vouloir « couvrir les femmes de constellations » grâce à ses bijoux.
  • Enfin, on peut avec émotion penser que la créatrice, en faisant descendre ses mannequins d’un escalier lors de ses défilés rue Cambon, se rappelait du grand escalier qu’empruntaient les orphelines quotidiennement pour se rendre des dortoirs à l’office .
GABRIELLE CHANEL, 2017, Aubazine’s shooting. Egérie: Kristen STEWART / © Chanel

Gabrielle Chanel a gravé l’empreinte d’Aubazine dans ses œuvres de couture et de joaillerie. C’est pourquoi, lors de la visite de l’abbaye, on ne peut éviter d’évoquer sa présence. Et la Maison Chanel ne l’oublie pas non plus lors de ses récentes créations ou publications. Aujourd’hui, c’est sœur Christophora, de la communauté moniale melkite catholique qui occupe l’abbaye, qui officie aux visites avec érudition, générosité et humour . Alors courrez, telle Kristen Stewart, à Aubazine afin d’admirer les murs historiques de l’abbaye et son esthétique si particulière qui a un parfum de Chanel !

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here