Cap aujourd’hui sur le Toulouse Insolite. La ville pleine de mystère et d’endroit secret. Vous allez ainsi découvrir la face cachée de la ville rose à travers des lieux et des bâtiments aux histoires parfois sombres, creepy, mais terriblement captivantes. Préparez-vous à avoir quelques frissons, vous ne verrez plus la ville du même œil après nos histoires.

1 – La crypte archéologique

Commençons notre aventure dans le Toulouse insolite par la visite des sous-sols du Palais de Justice qui renferment un trésor historique baptisé la crypte archéologique. Il s’agit en réalité des vestiges du château médiéval Narbonnais qui était situé en bordure de l’ancienne voie romaine. C’était le lieu du pouvoir à Toulouse pendant plusieurs siècles. Ces vestiges ont été mis au jour en 2005 lors d’une campagne d’aménagement.

Descendre dans la crypte du Palais de Justice, c’est renouer avec près de 2 000 ans d’histoire. Malheureusement les visites du lieu sont restreintes dans le temps et limité à une vingtaine de personnes. Pour être l’un des rares privilégié à pouvoir visiter la crypte archéologique de Toulouse, ne ratez pas les dates d’ouverture et surtout pensez à réserver l’avance.

Be art magazine voyage en France, Toulouse insolite, crypte archéologique sous le palais de justice, murs de briques rouges, pierres de taille
© la dépêche- DR

2 – Le cimetière Terre de Cabade

Poursuivons notre visite dans le Toulouse insolite avec le cimetière Terre-Cabade. Ce dernier se trouve sur la seule colline de Toulouse : Jolimont. Les deux obélisques égyptisant en briques rouges marquent l’entrée, telles des sentinelles entre deux mondes. Elles sont d’ailleurs inscrites sur la liste des monuments historiques depuis le mois juillet 2019.

Le cimetière couvre près de 33 hectares de terrain. Il se divise en deux parties avec une section ancienne (le cimetière Ancien) et une plus récente (le cimetière Salonique) toutes deux séparées par un chemin marquant une coupure franche tant dans l’atmosphère du lieu que son architecture sépulcrale.

6 visites à faire dans le Toulouse insolite 1
DDM-MICHEL VIALA L’ENTREE DU CIMETIERE DE TERRE CABADE DUE A L’ARCHITECTE URBAIN VITRY VIENT D’ETRE RESTAUREE

Le cimetière Ancien dégage une impression particulière. Entre fascination et sérénité, beauté et nostalgie et parfois il se dégage un sentiment inquiétant, seul perdu dans tant de minéral. Certaines tombes sont majestueuses, appartenant à de grandes familles nobles et des personnalités. Le lieu est arboré et fleuri, très bucolique. Tout comme le cimetière du Père Lachaise de Paris, le cimetière Terre de Cabade fait partie de ses visites insolites dont on ne ressort pas sans quelques émotions.

Be art magazine voyage en France, Toulouse insolite, cimetiere terre de cabade, tombes et mausolee, croix, colonnade, noir et blanc
©wikimedia

3 – La prison Saint-Michel

Parmi les édifices de la ville rose, il en est un valant d’être cité dans notre top 5 du Toulouse Insolite. Malgré une façade digne d’un château fort tout en briques rouges, la prison Saint-Michel est une maison carcérale qui a vu en son sein, quelques personnalités plus ou moins recommandables.Des bandits et truands, des voleurs et meurtriers, mais aussi des résistants pendant la Seconde guerre mondiale. Parmi eux, impossible de ne pas citer Marcel langer, ayant combattu pour une France libre, décédé dans les murs de cette prison. André Malraux, futur premier ministre du Général de Gaule a lui aussi été détenu à la prison Saint-Michel.

Le bâtiment, avec ses sublimes castelets tout en brique rouge, a été construit en 1855. Il est l’un des bâtiments emblématique et reconnaissable de la ville. Sa fonction n’est plus et la ville a pour projet de la réhabiliter. Des travaux sont encore en cours. Impossible à l’heure actuelle de dire si des visites seront réalisables mais il reste totalement possible d’admirer sa façade imposante renfermant en ses murs près de 200 ans d’histoire

Be art magazine voyage en France, Toulouse insolite, prison saint michel, castelets en briques rouges, portes verte, passants, drapeaux
© Eric Cabanis – AFP

4 – Le château de l’horreur

Pénétrons désormais au cœur du quartier du Busca. Préparez-vous à un Toulouse insolite de l’horreur. Près du Jardin des plantes se trouve une belle bâtisse au passé sanglant. Juste à l’angle de la rue des Martyrs de la Libération et des allées Frédéric Mistral se dresse cette somptueuse demeure qui pendant la Seconde guerre mondiale abritait l’ancien siège de la Gestapo. De nombreuses personnes y furent torturées et tuées.

Peu après la fin de la guerre, la maison a perdu sa fonction cauchemardesque et a tenté de se racheter en accueillant de jeunes juifs sans domicile et des orphelins. Aujourd’hui elle fait office de divers logement pour des particuliers. Il n’est donc pas possible de la visiter, seulement apprécier son architecture extérieure et connaître son histoire mouvementée.

Be art magazine voyage en France, Toulouse insolite, manoir de l'horreur, brique rouge, ardoise, haie vegetale, rue.
©google maps

5 – La maison hantée

Dans le même esprit que le château de l’horreur, on retrouve la maison hantée. Au XIXe siècle, Henri Rachou fait construire sur les allées Paul Feuga, une ravissante demeure de style néo-gothique toute en brique rose. Peintre, il est notamment connu pour être l’auteur du tableau la Belle Paule exposé dans la salle des Illustres au première étage du Capitole.

Le bruit court dans la ville que cette demeure serait hantée. Henri Rachou aurait tué une jeune femme qui posait pour lui comme modèle. Les badauds affirment avoir aperçu le soir aux fenêtres des lueurs étranges semblant surgir de nulle part. Des bruits également ont été entendus. Tout un tas de scientifique se sont penchés sur cette affaire, en vain. Rien n’a jamais pu être prouvé concernant le meurtre ni la hantise du lieu.

La maison est aujourd’hui habitée sans plainte de ses occupants. L’endroit ne se visite donc pas mais le soir venu, chaque passant de cette rue a le regard comme attiré par cette demeure lorsqu’il passe à proximité.  

Be art magazine voyage en France, Toulouse insolite, maison hantee, brique rouge, arbres, vehicules et batiments, noir et bancBe art magazine voyage en France, Toulouse insolite, maison hantee, brique rouge, arbres, vehicules et batiments, noir et banc
© Apparté

6 – La morgue des quais de la Daurade

Qu’il fait bon par beau temps de flâner sur les quais de la Daurade. Enfin…de nos jours. Les bords de Garonne sont attrayants et chaleureux mais ils peuvent aussi être le témoin macabre de sombres moments.

Sous les escaliers menant aux quais, juste en dessous de l’église éponyme, qui soit dit en passant abrite une mystérieuse vierge noire, se trouve la buvette « Pêcheur des sables ». Les amateurs de bière la connaissent bien. Ce qu’ils ignorent pour la plupart c’était la fonction première du lieu. En effet, l’endroit servait de morgue. Son emplacement au bord du fleuve n’est pas anodin. Les noyers étaient repêchés au niveau des quais puis exposé dans cette morgue afin que les visiteurs puissent reconnaître un ami, un proche, une connaissance et ainsi identifier les défunts.

Be art magazine voyage en France, Toulouse insolite, quais de la Daurade, Pecheurs de Sable, buvette,herbes, gens, pelouse et parasols, tables et chaises
©Photos – Grand Sud Insolite

En bonus dans le Toulouse insolite: le cadran 24 heures

Ceci est l’une des curiosités insolites peu connue même des toulousains eux même. Souvent trop pressés, les gens marchent et avancent d’un pas vif sans prendre le temps de lever les yeux et admirer ce qui les entoure.

Il est tout en haut d’un bâtiment de style haussmannien, une horloge. Rien d’étrange direz-vous ! Bien au contraire, ceci est plutôt courant. Ce qui ne l’est pas par contre c’est le cadran.
Levé donc les yeux au 59 rue Alsace Lorraine. Vous y verrez un cadran d’horloge n’affichant pas 12, mais 24 heures.  En une journée l’aiguille ne repasse donc pas deux fois au même endroit.

Be art magazine voyage en France, Toulouse insolite, horloge 24 heures rue Alsace-Lorraine, 1895, sculpture et reliefs, 9h55
Source-Flickr-CP-Pistolero

Il n’existe, semble-t-il à ce jour, que deux horloges de ce type en France. L’existence sur ce bâtiment reste un mystère.  Généralement ce type de cadran est utilisé par l’armée, dans le domaine spatial ou juste dans les excentricités décoratives des montres et horloges murales. Peut-être le propriétaire de l’immeuble voulait se démarquer ! Effet réussi !

Photo de couverture: © DDM Florent Busquets-Manavit

Roო’In
Plus qu’une passion : un style de vie. Historien de l’art et archéologue de formation, Roო’In a souhaité faire partager son amour pour la culture associé à celui pour la cuisine afin de les rendre accessible à tous. Bien manger, apprendre et découvrir sont ses maîtres mots.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.