Pourquoi jeter vos objets à la poubelle lorsque l’on peut les réparer grâce à l’art du kintsugi. Cet art rejette la quête incessante de la perfection en prônant la réparation. Le kintsugi fait également référence à la symbolique de la guérison.

Aux origines du kintsugi

Apparue à la fin du 16ème siècle, la technique de réparation est ancrée dans les croyances du bouddhisme zen. À l’époque, ils ne savaient pas comment réparer la porcelaine cassée, ils ont petit à petit mis au point cette technique qui requiert patience et précision. L’idée est d’offrir une renaissance à la pièce en lui donnant un nouveau sens. La signification du mot vient de Kin (or) et Tsugi (jointure). Les fissures sont mises en avant par l’ajout d’or ou d’argent.

L'art traditionnel japonais du kintsugi 1
Etsy

Le processus de réparation par le kintsugi

La méthode est délicate. Deux qualités fondamentales en constituent sa réussite : précision et patience. Au début du kintsugi, on retrouve la fabrication d’une pâte à base de laque japonaise, appelée aussi urushi et de farine. Son application doit être appliquée soigneusement sur les morceaux cassés. Lorsque cette opération est terminée, on laisse la pièce sécher durant quelques semaines. Elle est ensuite à nouveau polie. Ensuite, vient l’application d’une nouvelle couche de laque. Enfin, l’étape finale consiste à saupoudrer d’or ou d’argent. Ainsi, la pièce gagne une deuxième vie, rien ne se perd avec le kintsugi !

Sélection shopping

L'art traditionnel japonais du kintsugi 2
1/ Amazon 2/ Etsy 3/ Seletti via Made in Design 4/ La Redoute 5/ Seletti via Made in Design 6/ Etsy

Crédit photo en couverture : ©Nicolas Briot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.