Le tirage lenticulaire est basé sur une superposition d’images, qui change en fonction de l’angle de vue par lequel on observe la photo. Cécile Plaisance excelle en la matière. Par ce procédé, l’artiste dévoile particulièrement sa première idole, Barbie ainsi que les femmes aux apparences multiples. Déjà très jeune, elle est fascinée par l’aspect esthétique des poupées Barbie. Même si son parcours ne la prédestinait pas à explorer le médium photographique, sa côte ne cesse de grimper. Nous l’avions découvert à une précédente édition de Maison & Objet.

Le parcours de Cécile Plaisance

Après avoir passé 10 ans à travailler sur les marchés Financiers Européens puis dans les médias, Cécile Plaisance décide de réaliser un virage à 360° dans sa carrière professionnelle. Elle souhaite se consacrer à la photographie avec en tête des problématiques liées à la femme et à sa place dans notre société.

En 2016, elle commence à explorer la transition de l’objet inanimé au modèle vivant par le biais de la Barbie. Pour cela, elle a recourt au tirage lenticulaire. Sans entrer dans la technique, le procédé lenticulaire est basé sur la superposition d’au minimum deux images. Cette superposition conduit à une impression de 3D. L’image évolue en fonction du déplacement du spectateur, c’est bluffant !

Partie à Bruxelles dans le but de démarcher des galeries d’art, elle est repérée très rapidement par la galerie Envie d’Art, qui participe à sa renommée internationale. Son souhait ? Par l’emblématique Barbie, elle veut montrer d’autres facettes des femmes, en dehors des clichés véhiculés par la société.

Des oeuvres féministes engagées ?

La liberté d’expression semble être à la base des créations de Cécile Plaisance. Une image de la femme émancipée malgré sa religion et qui assume sa féminité, voilà ce que l’artiste tente de faire passer à travers ses photographies. Et c’est réussi, on ne s’attend pas à ce qu’une religieuse se dénude sous nos yeux, quelque soit sa religion !

Cécile prend un certain plaisir également à dénuder Barbie, l’idole de notre enfance. Comme un soutien à toutes ces femmes qui par le passé se sont parfois dénudées en défendant leur droits et leurs désirs. Elle souhaite avant tout clamer qu’une femme peut en cacher une autre. À propos de son travail, elle dit :  » Les féministes attaquent les Barbies alors que je m’en sers pour faire passer des messages féministes et anti-religion ». À propos de la féminité et de la religion, elle ajoute : « Je crois que la sexualité doit être affirmée, on doit arrêter de subir la main mise des hommes qui contrôlent tout et considèrent les femmes comme des objets sexuels. La femme doit se libérer. »

Tous ses tirages lenticulaires sont tirés à moins de 10 exemplaires.

Les portraits lenticulaires 3D de Cécile Plaisance 1
Cécile Plaisance, Nun Alex & baby Dune, 2017
Tirage Lenticulaire, encadré
Image : 165 x 125 cm
Edition de 2 AP + 8 exemplaires
Prix sur demande
©Be’Art Magazine
Les portraits lenticulaires 3D de Cécile Plaisance 2

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.