Paris-Barbès-Tel-Aviv, c’est la comédie populaire par excellence du moment qu’il ne faut surtout pas manquer. Écrit par Benjamin Elharrar, cette pièce de boulevard réunit tous les codes d’un bon feel good sur scène. A la fois drôle et assumée, la comédie parvient à tirer son épingle du jeu avec de bons comédiens et une trame séduisante. Dans un esprit à la Rabbi Jacob, l’auteur promet 1h15 de rire sans relâche.

Rire de tout et tous ensemble

En ce début d’année, il fait froid, le temps est maussade, un message subliminal pour nous diriger vers une pièce de théâtre qui vaut le détour. Nous nous sommes arrêtés devant le Théâtre Montorgueil à Paris ou la pièce Paris-Barbès-Tel-Aviv est à l’affiche depuis quelques semaines. Le pitch attise notre curiosité : Tout commence avec Antoine, un jeune parisien raciste et pro Le Pen qui va se retrouver dans une situation complexe.

Ce dernier doit trouver deux colocataires afin de conserver son appartement et payer un loyer. A court de temps, il décide de contacter une agence immobilière qui va lui trouver une solution dans l’heure. Malheureusement, Antoine va avoir une très grosse surprise en apprenant que cette solution est Karim, un musulman et Jonathan un juif.

be art culture Paris-Barbès-Tel-Aviv pièce de theatre montorgueil paris

Le protagoniste est bloqué, il est dans l’obligation d’accepter. Commence alors une gué-guerre entre trois personnages différents et drolatiques. Avec un message tolérant qui baigne dans le rire et l’autodérision. Le trio composé de Hicham Benjoudar, Benjamin Elharrar et Valentin Giard habilement prenant. Paris-Barbès-Tel-Aviv rime avec le vivre ensemble et la bonne humeur avec ce message bienveillant, Parce qu’on peut rire de tout, à condition d’être tous ensemble.

C’est avec une ribambelle de clichés dessoudés, un rythme à 100 à l’heure et un trio énergique que cette comédie fonctionne dans les cordes. Si certains passages sont osés et ravageurs, d’autres seront bêtes et méchants avec ce petit brin d’humour et son second degré bien placé. Bien évidemment, qui dit pièce sur les communautés dit banalités et préjugés sur un ton cocasse bien assaisonné. Le juif passe forcément pour un banquier, l’arabe profite assurément du RSA… les clichés habituels seront souvent traités avec une belle audace et une grande liberté.

Courte et concise, Paris-Barbès-Tel-Aviv alimente ce condensé d’humour sur les juifs, les arabes ou les asiatiques avec fougue. L’alliance Benjoudar/Elharrar/Giard est classique, insouciante et solide par un jeu sincère et une belle alchimie avec les spectateurs.

Paris-Barbès-Tel-Aviv
Théâtre Montorgueil – 3 rue du sentier – 75002 – Paris
Du lundi au dimanche selon les jours 15h00, 16h00, 16h30, 18h00, 20h00, 21h30
Jusqu’au 31 mars 2019

Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Je suis né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma. Passé par de nombreux supports culturels, je contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art depuis 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here