Après avoir réalisé Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force en 2015, J. J. Abrams revient à la production avec un genre atypique qui attise déjà de nombreux amateurs. Le producteur de Mission impossible : Fallout se jette à l’eau avec un pari risqué, celui d’Overlord, un film mêlant action, guerre et horreur. Un condensé très intéressant qui fait ses preuves avec son aspect angoissant, rarement vu auparavant sur grand écran.

À la veille du débarquement, un groupe de parachutistes est largué en France occupée. Alors qu’ils luttent pour accomplir ce qui ressemble à une mission impossible, ils tombent sur un laboratoire secret dans lequel sont menées des expériences surnaturelles, aussi étranges que terrifiantes.

Une idée originale qui fait peur

Nous sommes en en février 2017, Bad Robot Productions et Paramount Pictures annoncent que Julius Avery va diriger un film avec des morts vivants se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale.

La genèse d’Overlord débute avec J. J. Abrams qui découvre le scénario de Billy Ray qu’il trouve immédiatement original et attrayant. Ce dernier déclare : « Ce que j’ai adoré dans le postulat de départ, c’est que l’auteur s’empare d’une trame classique de film d’action pour l’emmener vers le cinéma d’horreur ».

be art culture « Overlord », gore et terrifiant! homme en tenu militaire accroupi derrière un muret de brique et tenant un fusil d'assault, touffe d'herbe, arbre
extrait du film

Dés la première page du script, Abrams est conquis, il voit en Billy Ray un scénariste talentueux qu’il compare à Rod Serling, l’une des pointures du milieu à qui l’on doit La Quatrième Dimension et La Planète des singes. Pour afficher un film ambitieux comme Overlord, l’idée première a été d’offrir un script qui tient la route du début à la fin, qu’un film de guerre traditionnel passe facilement à un thriller horrifique sans encombre. 

Pour réaliser ce film d’un nouveau genre, la production avait été impressionnée par le premier long métrage de l’Australien Julius Avery, un thriller tenace intitulé Son of a Gun sorti en 2014, interprété par Ewan McGregor, Brenton Thwaites et Alicia Vikander. Lors d’un rendez-vous entre Avery et les producteurs, ce dernier se voit proposé plusieurs projets de films, celui qui attirera son attention sera indéniablement le pitch d’Overlord. 

La peur au ventre

A la fois impatients et sceptiques de découvrir le film Julius Avery, c’est au Pathé La Villette lors d’une séance en 4DX exceptionnelle que le long métrage Overlord a dévoilé son contenu. Après presque deux heures d’action et de terreur, le verdict tombe. La nouvelle production de J. J. Abrams n’innove pas dans le genre avec déjà plusieurs séries B similaires et insipides.

Cependant, Julius Avery propose un film bien huilé avec son suspense bien en place et un casting de bleus efficace. Le cinéaste arbore un genre très peu utilisé au cinéma, de l’épouvante à l’action en passant par la Guerre, toutes les spécialités sont là. Bien que réticent dès les premières minutes, le film tient un rythme soutenu qui ne laisse aucun répit au spectateur. En effet, par son fil conducteur inhabituel et prenant, nous sommes littéralement happés par ce mystère.

be art culture « Overlord », gore et terrifiant! trois militaires et 2 civils dont une femme, tous tenant un fusil d'assaut, un porte un casque, ils marchent a travers la forêt, arbre, végétation, verdure
extrait du film

Dans la lignée de Il faut sauver le soldat Ryan et World War Z, le prometteur Overlord réunit tous les codes nécessaires pour en faire un produit ambitieux. Sur la ligne de départ, il s’agit d’un film de guerre dés plus classiques, pourtant, Julius Avery et J. J. Abrams vont apporter ce petit agrément qui fera la différence. Avec des images horrifiques surréalistes, les fans du genre seront servis.

Avec un peu de zombie movie et une ambiance de seconde guerre mondiale ou les balles fusent tous les quarts d’heure, le cinéaste nous emmène dans des contrées jubilatoires. La cadence est impeccable, la bande originale à ne pas ignorer, une distribution collégiale et surtout, des effets spéciaux plus vrais que nature. Pour son second long métrage d’envergure, Julius Avery fait le job avec une certaine aisance.

Date de sortie : 21 novembre 2018
Durée : 1h 50min
De : Julius Avery
Avec : Jovan Adepo, Wyatt Russell, Pilou Asbæk
Genres : Epouvante-horreur, Action, Guerre
Nationalité : Américain

Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Je suis né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma. Passé par de nombreux supports culturels, je contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art depuis 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here