Presque 10 ans après le premier volet réalisé par le danois Niels Arden Oplev, la saga Millenium fait à nouveau parler d’elle avec un nouvel opus. A l’origine, c’est une trilogie de romans policiers de l’écrivain suédois Stieg Larsson. Le succès littéraire est dithyrambique dès la sortie des premiers tomes. Après trois adaptations au cinéma consacrées aux enquêtes de Mikaël Blomkvist et de la jeune fille atypique aux multiples talents, Lisbeth Salander, ils sont de retour pour de nouvelles investigations palpitantes.

Ce quatrième opus est tiré du roman Millenium : ce qui ne me tue pas écrit par le romancier suédois David Lagercrantz publié en août 2015. Il relate une nouvelle enquête de Mikaël Blomkvist au cours de laquelle apparaît Camilla Salander, la sœur jumelle de Lisbeth qui lui voue une haine féroce depuis leur enfance. Les retrouvailles des deux sœurs vont être le terrain d’un affrontement sans répit.

Nouvelle adaptation de la trilogie à succès Millénium

Pour la petite histoire, tout commence en 2009 avec le premier film Millénium. Il s’agit de l’adaptation cinématographique du premier volet de la trilogie littéraire suédoise éponyme. Avec cette trilogie littéraire, l’auteur Stieg Larsson devient mondialement célèbre aux quatre coins du monde.

L’ouvrage s’est vendu à 2,6 millions d’exemplaires en France, et plus de 10 millions dans le monde. Hélas, ce dernier meurt d’une crise cardiaque en 2004, l’auteur ne pourra malheureusement pas assister à la retranscription sur grand écran par le réalisateur Niels Arden Oplev sur le premier film.

be art culture « Millenium : ce qui ne me tue pas », un nouveau chapitre basique et haletant, , jeune femme (Lisbeth Salander (Claire Foy)) assise sur le rebord intérieur d'une fenêtre et qui fume, jeune homme (Mikael Blomkvist (Sverrir Gudnason))assis sur une table à l'arrière, néons rouges
Mikael Blomkvist (Sverrir Gudnason) and Lisbeth Salander (Claire Foy) in the old radar tower in Columbia Pictures’ THE GIRL IN THE SPIDER’S WEB »

Avec plus de 80 millions de dollars de recettes dans le monde, Millénium, le film rencontre un succès planétaire, le film suédois connaîtra deux suites : Millénium 2 – La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette et Millénium 3 – La Reine dans le palais des courants d’air. Deux volets à la critique prestigieuse et au succès populaire dans le monde. Ces épisodes permettent de découvrir le phénomène Noomi Rapace qui doit sa carrière à son interprétation de la dure hackeuse Lisbeth Salander.

Le 18 janvier 2012 sort Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, un remake américain du premier film adapté en Suède avec deux têtes d’affiches imposantes, Rooney Mara et Daniel Craig. Aujourd’hui, un quatrième film est librement adapté du roman Ce qui ne me tue pas, quatrième tome écrit par le romancier suédois David Lagercrantz en 2015. Avec ce nouveau projet, c’est le début d’une nouvelle implication.

Fort de son succès dans les salles, en 2015, Sony Pictures Entertainment partage l’idée de développer une nouvelle franchise autour de la série littéraire Millénium à partir du quatrième roman Ce qui ne me tue pas écrit par David Lagercrantz, qui a repris la trilogie Millénium de Stieg Larsson.

Un renouveau pour son héroïne

Vous êtes un fervent admirateur de son ouvrage, alors vous adhérerez sur son adaptation cinématographique. Dès son entrée en matière, ce nouveau Millénium nous tape déjà dans l’œil avec un générique audacieux à la James Bond qui fait indéniablement sensation. Sans avoir de lien direct avec les précédents films, ce nouvel opus est indépendant, il nous entraîne au cœur d’une enquête sombre et intime. Lisbeth Salander, la hackeuse et enquêtrice implacable est toujours sur des affaires complexes et dangereuses comme à son habitude.

Elle travaille désormais sur une nouvelle affaire qui va l’emmener vers ses origines, son passé et un gouvernement infiltré de toute part. Salander contactera naturellement son ami journaliste, Mikaël Blomkvist afin d’élucider cette mystérieuse affaire. Apres avoir été incarnée par Noomi Rapace et Rooney Mara, c’est Claire Foy qui endossera le rôle de la jeune femme à l’intelligence exceptionnelle.

be art culture « Millenium : ce qui ne me tue pas », un nouveau chapitre basique et haletant, Lisbeth Salander (Claire Foy), jeune femme vêtue de noir, bonnet, tenant un pistolet, dans la rue, une voiture neige
Lisbeth Salander (Claire Foy) in Columbia Picture’s THE GIRL IN THE SPIDER‘S WEB.

Le résultat est bluffant, Foy est une machine de guerre qui ne fait pas dans la dentelle, à croire que chaque actrice choisit correspond à l’esthétique du personnage depuis 2009. Dans la veine de La mémoire dans la peau, ce nouveau quatrième film ajoute la dose d’action nécessaire et son suspense oppressant. Sur une bande sonore cadencée, Millenium : ce qui ne me tue pas, est un nouveau produit racé et redoutable qui nous fait découvrir les premiers pas de notre héroïne préférée sous les traits d’une Claire Foy méconnaissable.

A la fois réaliste et complexe, le long métrage réunit tous les codes du genre, à savoir une intrigue probante et ce suspense ardent. Sans faire dans la surenchère comme certaines adaptations, le film de Fede Alvarez se tient de bout en bout avec un rythme aiguisé. Tenu cette fois-ci par le prometteur Sverrir Gudnason, le personnage de Mikaël Blomkvist est omniprésent dans Millénium au gout particulier. Mais sur le papier, le travail est fait, l’ouvrage est retranscrit sans trop se brûler les ailes.

Ce qui ne me tue pas est un thriller qui reste sobre avec sa hackeuse guerrière et décalée qui ne lâche jamais prise. Une franchise qui prend énormément d’ampleur par ses plans séquences remarquables et sa tension communicative.

Date de sortie : 14 novembre 2018
Durée : 1h 57min
De : Fede Alvarez
Avec : Claire Foy, Sverrir Gudnason, Sylvia Hoeks
Genres : Thriller, Drame
Nationalité : Américain

Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Je suis né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma. Passé par de nombreux supports culturels, je contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art depuis 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here