Depuis 2012, Clint Eastwood est un acteur discret devant la caméra depuis sa dernière interprétation dans « Une nouvelle chance ». Aujourd’hui, alors âgé de 88 ans, il est de retour devant et derrière la caméra avec La Mule. Il nous conte une histoire vraie bouleversante et incroyable comme il sait si bien le faire.

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui, en apparence, ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.

Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un « supérieur » chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle « mule ». Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre

be art culture « La Mule », encore du grand, Clint Eastwood, Clint Eastwood polo marron, veste et pantalon beiges, ceinture, casquette, en train de marcher. végétation, hangar, panneau avec une affiche, porche d'habitation
extrait du film

Le maestro est de retour 

Un an seulement après le mitigé « 15h17 pour Paris« , Clint Eastwood est déjà de retour à la réalisation avec un nouveau fait divers dont il sera le principal protagoniste à l’écran. Après avoir exploré la vie de Nelson Mandela, J. Edgar Hoover ou encore du tireur d’élite des Navy SEAL, Chris Kyle, il s’attaque cette fois-ci à la vie de Leo Sharp.

Ce dernier était vétéran de la Seconde Guerre mondiale, dans les années 80, il devient le transporteur de drogue le plus âgé et le plus prolifique du Cartel de Sinaloa. Initialement, Clint Eastwood ne souhaitait pas revenir en tant qu’acteur. L’intérêt pour le personnage de Earl Stone dans le film change la donne.

be art culture « La Mule », encore du grand, Clint Eastwood, Clint Eastwood chemise blanche rayée de bleu, assis dans une voiture, l'air effrayé
extrait du film


Pour le cinéaste, l’histoire de ce vieil homme est incroyable. Nick Schenk, le scénariste du film explique : « La meilleure mule de l’histoire du cartel de Sinaloa était celui auquel on s’attendait le moins : un vieux monsieur de 90 ans qui voyageait pour son travail. Ils l’adoraient. Ils le recevaient comme un roi et le laissaient faire ce qu’il voulait ».

A l’occasion de cette nouvelle aventure, Clint Eastwood a le plaisir de retrouver Bradley Cooper en agent de la DEA, après l’épopée extraordinaire d’American Sniper. Pour le réalisateur du phénomène A Star is Born, c’est une chance unique de pouvoir jouer aux côtés d’un géant comme Eastwood. Il déclare : « C’est un acteur exceptionnel et il ne joue que rarement. Je pense qu’on avait tous conscience que travailler avec lui est un vrai privilège ».

L’un des derniers grands cinéastes américains de sa génération

Approchant des 90 ans, Clint Eastwood a fait ses preuves depuis de nombreuses années déjà, malgré tout, il parvient encore aujourd’hui à nous bluffer avec un travail réglé et minutieux. Dix ans auparavant, le maitre du genre livre Gran Torino, un chef-d’œuvre qui fait l’unanimité à travers le monde. Avec La Mule, le comédien de Le Bon, la Brute et le Truand signe un nouveau grand film en tant que metteur en scène. En plus d’être un cinéaste de renom, ce dernier nous promet une interprétation magistrale. Un Eastwood plus en forme que jamais dans la peau d’un vieil homme qui poursuit son destin.

A la fois haletant, profond et complexe, ce nouveau long métrage nous plonge au coeur des trafics de drogue et du cartel mexicain. Tout en étant un film lambda sur le sujet, son histoire vraie retourne le scénario avec des arguments solides. En effet, tous les projecteurs sont rivés sur le personnage de Earl Stone incarné à l’écran par Clint Eastwood.

be art culture « La Mule », encore du grand, Clint Eastwood, Clint Eastwood chemise grise rayée a rayures croisées noires, debout à côté d' une voiture, l'air crispé, triste, végétation, route
extrait du film

Certaines questions resteront sans doute sans réponse. Comment à la suite de problèmes financiers, cet homme de 90 ans devient passeur de drogues à la Frontière entre les États-Unis et le Mexique pour le Cartel de Sinaloa avant d’être arrêté par la Drug Enforcement Administration (DEA). Cette nouvelle démonstration au cinéma nous offre une histoire incroyable et atypique tournant autour d’un homme délaissé et attristé.

Comme dans ses précédentes œuvres, le cinéaste apporte ce côté famille et solidaire, nous laissant sur une note émouvante qui fait son effet à coup sur. Vénéré par les plus grands, cette légende est un exemple pour tous, il traverse toutes les époques tout en nous livrant de grands films classiques purs et durs comme on n’en fait plus.

Tout est réuni, de la mise en scène à l’aspect scénaristique, tous les éléments sont millimétrés pour en faire l’un des classiques de ce début d’année. C’est par un profond respect que l’on tire notre chapeau à l’un des pionniers du cinéma américain, ce vieux Clint et son monde qui se divise en deux catégories, ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi tu creuses.

Date de sortie : 23 janvier 2019
Durée : 1h 36min
De : Clint Eastwood
Avec : Clint Eastwood, Bradley Cooper, Laurence Fishburne
Genres : Drame, Biopic
Nationalité : Américain

Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Il est né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma, il est passé par de nombreux supports culturels, il contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art Magazine depuis quelques années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here