Après la trilogie Very Bad Trip, Todd Phillips revient dans un tout autre registre avec le Joker, un long-métrage puissant, déconcertant et viscéral. Ce dernier sort en salles le 9 octobre prochain. Une découverte au cœur des origines du rival de Batman incarné ici par le subjuguant Joaquin Phoenix.

Synopsis

Constamment seul parmi la foule, Arthur Fleck voudrait aller vers les autres. Pourtant, tandis qu’il arpente les rues sales de Gotham City et emprunte les rames de métro couvertes de graffitis, dans une ville où monte une colère de plus en plus palpable, Arthur porte deux masques. C’est lui qui peint le premier pour son travail de clown publicitaire. Mais il ne peut jamais ôter le second : c’est le visage qu’il présente aux autres dans sa tentative futile d’appartenir au monde qui l’entoure loin de l’homme incompris systématiquement malmené…

Une origin story psychologique

Le long métrage signé Todd Phillips (Very Bad Trip) relate une histoire indépendante et inédite sur grand écran. Le Joker a une nouvelle adaptation personnelle et dramatique, en effet, le pire ennemi de Batman montre un nouveau visage glaçant sous les traits du talentueux Joaquin Phoenix. Aprés Cesar Romero, Jack Nicholson, Heath Ledger ou encore Jared Leto, le super-vilain à un nouvel interprète de taille. Joaquin Phoenix tient à innover dans l’interprétation du personnage, à savoir, une entrée en matière créative et moderne.  

be art magazine, culture, sortie cine, Joker, Joaquin Phoenix , nez rouge, cheveux verts, maquillage de clown, souriant
Extrait du film

Pour la première fois au cinéma, les spectateurs vont découvrir les origines du tristement célèbre Joker, l’un des vilains les plus populaires des bandes dessinées DC Comics. Le personnage de fiction existe grâce à Jerry Robinson, Bill Finger et Bob Kane, il fait sa première apparition dans Batman #1, au printemps 1940. Très intelligent, maître du crime et psychopathe, le Joker attise notre curiosité à travers un film d’auteur. Comment était-il avant de devenir l’ennemi de Gotham ?

Selon Brian Tyree Henry (l’interprète de Carl), l’un des comédiens du Joker : « Je pense que ce sera très différent car il s’agit vraiment d’une origin story. Les grands méchants ne naissant jamais méchants, ils le deviennent ». De quoi nous mettre l’eau à la bouche avant la sortie du film. Pour cette nouvelle création du Joker, Todd Phillips ne souhaitait pas s’inspirer de grands classiques ou il y a l’univers des clowns. Selon le cinéaste américain, l’idée était de de surprendre à chaque seconde : « Nous ne faisons pas un film sur le Joker, nous racontons l’histoire de quelqu’un qui devient le Joker ».

La claque d’un Joker made in Joaquin Phoenix

Psychologique, démentiel, nerveux, violent… tant de mots peuvent définir la claque de Joker. Pour les fans purs et durs de super-héros, vous serez déçus, pas d’effets spéciaux et d’explosions homériques derrière l’antagoniste préféré du DC Comics. En revanche, nous découvrons pour la première fois un film d’auteur dramatique et oppressant qui sort indéniablement de l’ordinaire pour un film DC.

Au centre de cette Origin Story consacrée au Joker, nous découvrons un univers mystérieux qui se situerait dans les années 70 ou 80, une époque ou Bruce Wayne alias Batman était encore qu’un enfant. A la fois surprenant et exaltant, ce film est bien différent des films de super-héros lambdas. Le réalisateur Todd Phillips promet un film entre Taxi Driver et Split avec un Joaquin Phoenix méconnaissable tant physiquement que qu’intellectuellement. Le choc cinématographique de la rentrée, il est là, c’est l’interprétation de Joaquin Phoenix dans la peau d’un Joker fou, déséquilibré et sociopathe.  

be art magazine, culture, sortie cine, Joker, Joaquin Phoenix , nez rouge, cheveux en arrière, verdoyant, maquillage de clown, costume rouge et vert
Extrait du film

Visuellement, le personnage du Joker montre deux facettes, il est effrayant et bienveillant. A l’écran, le comédien ne lésine sur les détails puisqu’il décide de perdre plus de 20 kilos pour camper le Joker. Joaquin Phoenix a perdu du poids jusqu’à n’avoir plus que la peau sur les os. Il avait déjà tenté l’expérience pour son rôle dans The Master de Paul Thomas Anderson. Quoi qu’il en soit, le résultat est présent, il bluffe sans contestation.

« Joker »

Todd Phillips nous livre un film d’auteur psychiatrique sous des airs DC Comics, un travail qu’il fait à la perfection, notamment grâce à un Joaquin Phoenix qui prend toute la place, même De Niro en présentateur télé décalé ne fait pas le poids face à ce monstre des temps modernes.

Date de sortie : 9 octobre 2019
Durée : 2h 02min
De : Todd Phillips
Avec : Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
Genre : Drame
Nationalités : Américain, Canadien

Jordan
Journaliste web culture & médias. Il est né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma, il est passé par de nombreux supports culturels, il contribue désormais aux rubriques cinéma et art culinaire de Be’Art Magazine depuis quelques années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.