Currently set to Index
Currently set to Follow
Accueil CULTURE Infantia (1894-7231): naissance d’une exposition à l'IAC de Villeurbanne

Infantia (1894-7231): naissance d’une exposition à l'IAC de Villeurbanne

be art magazine culture expositions, Infantia (1894-7231), IAC, Villeurbanne, installation suspendue, couverture bleue au sol, masques, sel etale, bois, trepied avec recipents, oiseau empaille recouvert de sel, resine bleue
Infantia (1894-7231) de Fabien Giraud et Raphaël Siboni

Plongez dans un monde pré/post apocalyptique avec Infantia (1894-7231) de Fabien Giraud et Raphaël Siboni.  L’IAC (Institut d’Art Contemporain) de Villeurbanne vous propose du 21 février au 3 mai 2020 de vivre cette expérience, entre passé et futur afin d’appréhender une profonde réflexion sur le présent.

be art magazine culture expositions, Infantia (1894-7231), IAC, Villeurbanne, installation suspendue, couverture bleue au sol, masques, sel etale, bois, trepied avec recipents, oiseau empaille recouvert de sel, resine bleue
Infantia (1894-7231) de Fabien Giraud et Raphaël Siboni

Infantia (1894-7231) : la naissance d’une exposition

Reconsidérez le lieu. L’institut n’est plus un centre d’exposition mais un corps ; celui d’un enfant qui pense et vit une vie dans un monde futuriste apocalyptique.

« Dans le corps de l’enfant, il y a : un coucher de soleil à midi, des communistes immortels qui dorment sous une pluie de sel, la mort comme atavisme, des rois Lydiens et de l’argent.
Il y a aussi : une prise d’otage de 3 000 ans, une Terre qui se démantèle, une nuit sans étoile, un arbre arraché, Richard Nixon, et du vide. »

Tout ce que vous connaissez n’existe plus. Passé et futur se mêlent et poussent le visiteur à réfléchir sur son présent. Seront remises en cause les actions et les inactions face à une crise humaine planétaire, politique, économique et climatique. 

Une série filmo-documentaire de 24h

Fabien Giraud et Raphaël Siboni se rencontrent à l’Ecole Nationale Supérieur des Arts Décoratifs. Spécialisés dans les ressources documentaires et cinématographiques, ils s’associent pour créer leurs premières œuvres.

The Everted Capital est l’intitulé de leur seconde œuvre. Les artistes travaillent depuis 2018 sur un projet filmo-documentaire portant sur une longue réflexion autour du capital. Elle se met en place à travers une spéculation performative sur le futur de la valeur. Chaque épisode, à travers les divers protocoles déployés, produit une fiction alternative.

Infantia (1894-7231) rassemble le prologue de The Everted Capital et ses deux premiers épisodes d’une durée de 24h. On assiste ainsi à la réalité de la fiction. On traverse une journée avec des acteurs en ressentant leurs émotions, leurs faiblesses dont notamment leur fatigue ; leur forme déclinant peu à peu au fil des heures jouées.

Une œuvre protéiforme

Avec Infantia (1894-7231), Fabien Giraud et Raphaël Siboni réalisent une œuvre protéiforme où films, sculptures et performances se mêlent.

Les objets sont issus des rétroprojections, semblable à des déchets de fictions, constituent le corps de l’enfant. Un corps articulé, en mouvement, que le visiteur traverse, à son tour mis à l’épreuve de la fiction et de l’hypothèse d’un autre monde qu’elle porte.

be art magazine culture expositions, Infantia (1894-7231), IAC, Villeurbanne, perroquet sur sa branche en negatif
Infantia (1894-7231) de Fabien Giraud et Raphaël Siboni

Le visiteur pénètre dans une première salle où l’ambiance sombre est chargée d’une atmosphère particulière. Un léger malaise commence à se faire ressentir avec cette intemporalité certaine que l’on comprend de plus en plus dans le sens circulatoire de la visite. Les salles post-apocalyptiques se ressemblent à quelques détails prêts. Des performances renforcent ces scènes.

À l’intérieur du musée-enfant, chaque chose, chaque objet, est la trace d’un échange, le reste d’une fiction de valeur. Le musée-enfant contient tous les échanges mais n’est réductible à aucun, car si tout s’échange, lui n’est échangeable contre rien. Mais si, plus tard, l’enfant grandit, son enfance ne sera pas un « avant », cet âge que nous, les grands, aurions perdu : non pas l’inévaluable valeur de l’enfance, celle d’avant l’échange et les comptes, mais une enfance de la valeur elle-même.

be art magazine culture expositions, Infantia (1894-7231), IAC, Villeurbanne, structure trepied sur laquelle repose une coupole contenant un oiseau empaille recouvert de sel
Infantia (1894-7231) de Fabien Giraud et Raphaël Siboni

En Bref !

Infantia (1894-7231) est une exposition déroutante. A la fois captivante et intrigante, il se mêle un malaise purement humain où le visiteur se sent oppressé, comme un virus dans le corps animé de cet enfant paradoxalement inerte qu’est devenu l’IAC.

Après l’achat de votre billet, une carte vous sera remise afin de pouvoir revenir aussi souvent que vous le souhaitez afin de revoir cette installation qui, comme indiquée, évoluent à travers les heures mais aussi les jours.

Où : à l’IAC, 11 Rue Dr Dolard, 69100 Villeurbanne
Quand : du 21 février au 3 mai 2020
Tarifs : plein tarif : 6€ – tarifs réduits : 4€ (sur présentation d’un justificatif) – gratuit (selon les modalités de l’institut).

Roო’In
Plus qu’une passion : un style de vie. Historien de l’art et archéologue de formation, Roო’In a souhaité faire partager son amour pour la culture associé à celui pour la cuisine afin de les rendre accessible à tous. Bien manger, apprendre et découvrir sont ses maîtres mots.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.