« Goldmen », du Goldman plus vrai que nature

be art magazine scène de l'Olympia, musicien, Goldmen, Michael Jones , micros et guitares
Goldmen

Dans l’atmosphère feutrée et électrique d’une salle comble entre les murs de l’Olympia attendent Goldmen, le groupe phénomène qui reprend les standards de Jean-Jacques Goldman.
Il y a un peu plus de 15 ans ce parolier de génie quittait la scène lors de son tout dernier concert à la patinoire Mériadeck de Bordeaux. Auteur, compositeur et interprète, Goldman est sans doute l’un des artistes français les plus populaires inter-génération. Avec sa carrière hors norme, ce dernier est un virtuose dans sa discipline.

Il suffira d’un signe pour que Goldmen débarque

Suite à l’arrêt de sa carrière musicale, Jean-Jacques Goldman se fait très discret. L’envie de revoir le chanteur sur scène est grande, suite à cet appel, le groupe Goldmen répond présent afin d’offrir un moment 100% tribune Goldman et une voix similaire au maestro. Le 14 février 2019, Alain Stevez et son groupe frôlent la scène mythique de l’Olympia pour trois heures de show effréné. 

be art magazine scène de l'Olympia, musicien, artistes, chanteurs, Goldmen, Michael Jones, public
Goldmen

De On ira à Encore un matin en passant par Pas toi et Au bout de mes rêves, le groupe reprend les plus grands succès du chanteur avec un talent particulier. Les yeux fermés, face à la scène, la voix de J.J Goldman renaît le temps d’une soirée nostalgique, rythmée aux sons des guitares électriques.

Goldmen au commencement

Pour ce Live Band, tout commence au début des années 90 en Haute-Savoie ou un certain Alain Stevez passe plusieurs heures par jour a plus de 30 mètres de haut dans une grue de chantier. Chantonnant quelques notes de son idole, il fait un premier concert dans le nord avec une salle loin d’être comble.
Pourtant, ce soir, c’est une révélation pour le chanteur. Il sait pertinemment que l’esprit de Goldman est présent. Un boulevard s’offre à lui et son groupe; donner encore quelques vibrations sonores des morceaux mythiques de variété et de pop rock.

Un premier Olympia démesuré

Sur scène, en plus de sa voix bluffante, son profil fait sensation avec un style librement inspiré des années 80 du pionnier français. Avec un physique élancé, un deux pièces de scène, sa chemise blanche  et sa cravate droite vintage, nous faisons un retour en arrière dans les meilleures années Goldman quand la musique est (était) bonne.

be art magazine scène de l'Olympia, musicien, artistes, chanteurs, Goldmen, public, jeu de lumière sur la scène
Goldmen

Sur une ouverture achalandée par le titre Encore un matin, l’ambiance est à son apogée. Sans aucun doute l’une des représentations les plus fidèles à l’artiste, J.J Goldman confie à son ami Michael Jones que ce groupe est « une formation fidèle à leur esprit ».

L’invité surprise

A la surprise générale, Michael Jones s’invite à l’événement pour interpréter Je te donne, l’un des plus gros succès du duo avec Jones/Goldman. Guitares électriques et performances vocales étaient au rendez-vous pour nous régaler à souhait. S’enchaîneront les chansons phares inconditionnelles telles que Comme toi, Il suffira d’un signe, Envole moi ou encore Elle attend.
Sans rentrer dans l’aspect imitation, Goldmen possède cette voix unique, jumelle à l’artiste original. Un talent naturel qui désoriente son auditeur.

Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Il est né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma, il est passé par de nombreux supports culturels, il contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art Magazine depuis quelques années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here