De retour après cinq ans d’absence, Godzilla, le monstre japonais et figure emblématique de la culture populaire revient pour de nouvelles aventures chaotiques. En 2014, le film de Gareth Edwards avait laissé la critique perplexe suite à l’inexistence du monstre durant plus de deux heures.

Dans cette suite signée Michael Dougherty, nous retrouvons le monstre dans de nombreuses séquences incroyables à vivre sur grand écran. L’expérience est unique en terme d’effets spéciaux, cependant, nous restons dubitatifs quand à certaines longueurs du long métrage.

Synopsis

L’agence crypto-zoologique Monarch doit faire face à une vague de monstres titanesques, comme Godzilla, Mothra, Rodan et surtout le redoutable roi Ghidorah à trois têtes. Un combat sans précédent menace d’éclater entre ces créatures considérées jusque-là comme chimériques . Alors qu’elles cherchent toutes à dominer la planète, l’avenir même de l’humanité est en jeu.

Une franchise qui perdure

Créé par Tomoyuki Tanaka et le studio Toho, il a révolutionné le genre du cinéma de monstres au début des années 50. Le sujet de la saga explore les thèmes écologiques et la peur du nucléaire dans un Japon d’après-guerre traumatisé par les bombardements.

Godzilla est né, il sera l’un des monstres les plus populaires du cinéma mondial avec plus de 30 films à son actif. Godzilla II : Roi des Monstres est le trente-troisième film du reptile préhistorique. Avec pas moins de 530 millions de dollars de recettes dans le monde, le reboot de Godzilla est un succès en 2014.

be art magazine, culture, Godzilla II : Roi des Monstres, Kyle Chandler
Extrait du Film

Des chiffres très satisfaisants compte tenu du faible budget de 160 millions. En 2017, Kong Skull Island avait quant à lui réalisé 561 millions de dollars de recettes, pour un coût de production estimé à 185 millions. Alors ? Ce nouvel opus va t-il surpasser ses ainés avec de nouveaux scores colossaux ?

C’est en tout cas avec de nouvelles bases visuelles que Michael Dougherty attaque ce Godzilla puissance 2. Gareth Edwards devait mettre en scène ce nouvel opus, mais il se désista du projet en 2016 et laissa sa place à ce dernier, réalisateur du terrifiant Krampus.

Des effets spéciaux monstres et des longueurs pesantes

Si le premier film était annoncé comme un événement sans précédent, ce second opus est quand à lui redouté et attendu au tournant. En effet, le reboot promettait un monstre terrifiant et destructeur à souhait. A notre grande déception, l’animal était très peu présent avec des images sombres et chimériques. Qu’attendre de ce second volet ?

Dés son ouverture, la machine hollywoodienne donne le ton avec une séquence catastrophe qui happe son spectateur. Pour sa mise en place, le film présente de nouveaux héros attachants et un début d’histoire ambigu. Petit à petit, le projet se met en place, l’action est à son comble, promettant une base scénaristique riche en destruction visuelle. Le résultat est satisfaisant, nous en prenons plein la vue, les effets spéciaux et numériques sont dantesques.

be art magazine, culture, Godzilla II : Roi des Monstres, Godzilla dans la mer crachant du feu vers le ciel
Extrait du Film

Si notre rétine est percutée de plein fouet, nous sommes cependant déstabilisés par des longueurs indigestes. Mis sur pied à partir d’une intrigue convenue, ce nouveau Godzilla enchaîne les scènes sans âme. Un élément dégradant pour de si belles images à l’écran, l’esthétique permet de rebondir sur des parasites existentiels.

Film d’action et d’effets spéciaux titanesques, Godzilla II : Roi des Monstres parvient à honorer son contrat qui était de nous en mettre plein la vue. Michael Dougherty propose plus de vilains monstres, un Godzilla plus présent que jamais et une distribution fusante.

Date de sortie : 29 mai 2019
Durée : 2h 12min
De : Michael Dougherty
Avec : Vera Farmiga, Kyle Chandler, Millie Bobby Brown
Genres : Action, Science fiction
Nationalité : Américain

Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Il est né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma, il est passé par de nombreux supports culturels, il contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art Magazine depuis quelques années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here