Be’Art Magazine est parti à la rencontre de Florian Meïr, un jeune artiste peintre de la scène lyonnaise. Tête à tête autour d’une tasse de thé afin de mieux découvrir le jeune homme: sa vie, ses envies, son art.

Une vie d’artiste

Florian vit à Lyon, dans la ville des Lumières. Il y pose ses valises, cela fait bientôt cinq ans pour y exercer un tout autre métier qu’artiste peintre.  Les expériences, les joies, les peines, l’espoir et les désillusions le mènent à vivre diverses expériences où la peinture n’est qu’un passe temps, bien qu’encouragé par sa famille et ses amis. Il finira par réaliser sa première exposition fin 2017 lui permettant de faire découvrir son art.

be art culture Florian Meïr, un jeune artiste peintre de la scène lyonnaise peinture d'homme de face aux yeux bleus fleurs bleues lèvres rouges
Unknown – Florian Meïr

Un artiste autodidacte

C’est seul que Florian apprend le dessin. Passionné d’art et d’histoire de l’art, il s’intéresse de près au travail d’Amedeo Modigliani qu’il affectionne tout particulièrement. Il trouve sa source d’inspiration dans la mythologie et tout particulièrement en la figure de Dionysos : dieu de la vigne, du vin et de ses excès, de la folie et de la démesure. Il est aussi dieu du théâtre, de la représentation et de la danse. C’est la seule divinité née d’une mère humaine. Proche des hommes, il partage avec eux les plaisirs de la vie ce qui « le rend différent des autres dieux et lui confère ce côté humain. »  La grenade est l’un des fruits qui lui est attribué, et dont Florian signe ses œuvres par sa traduction perse : anar. D’autres figures emblématiques l’inspirent aussi, tel Lucifer et Athéna. Il puise aussi ses sources dans la littérature, l’actualité et surtout son ressentit et vécu qu’il retranscrit dans ses tableaux.

Du réel à l’abstrait

C’est en parcourant Instagram que Florian trouve ses modèles : de parfaits inconnus aux visages charismatiques qu’il transforme. Le paradoxe de la dualité est au cœur de chacune de ses toiles. Personnages ambigus, mi-homme, mi-femme, mi-mortels et mi-dieux, chacun exprimant sa singularité. Certains paraissent joyeux, d’autres mélancoliques. Tous dévoilent une fragilité, une blessure, un désir,  un sentiment transparaissant à travers le masque qu’il leur créé.

Un style, une touche, une personnalité

Florian capte l’être profond de ses sujets faisant de ce jeune artiste, un portraitiste de l’âme.
Il réalise aussi des œuvres plus abstraites, reflets d’émotions ou l’observateur peut aussi s’identifier. Entre tourment et passion, violence et tendresse, douleur et sérénité.

Florian a su créer son propre style, mélange de beauté et de tourment. L’Humain divinisé garde la primitivité de l’être, l’essence de la vie : ses émotions.

be art culture Florian Meïr, un jeune artiste peintre de la scène lyonnaise peinture d'homme de face yeux gris cheveux mi longs grisés blancs moustache noire et bouc lèvres rouges dévêtu
Winter boy – Florian Meir

N’hésitez pas venir découvrir son travail en visitant sa page et si comme nous vous tombez sous le charme de ses œuvres, cédez !

Roო’In
Plus qu’une passion : un style de vie. Historien de l’art et archéologue de formation, Roო’In a souhaité faire partager son amour pour la culture associé à celui pour la cuisine afin de les rendre accessible à tous. Bien manger, apprendre et découvrir sont ses maîtres mots.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here