Après le succès de Grâce à Dieu, François Ozon s’attelle avec Été 85 à une dure tâche, la libre adaptation d’un roman qui l’a beaucoup marqué, La Danse du Coucou d’Aidan Chambers.

Synopsis

Alex, au début de cet été 1985 en Normandie, chavire. Telle une apparition, David, juché sur son bateau le Calypso, le sauve. C’est le début d’une amitié enivrante et fulgurante. Été 85 c’est l’histoire d’un amour d’été, celui d’Alex, joué par Félix Lefebvre, et de David, incarné par Benjamin Voisin. C’est aussi l’histoire de la mort de David et du processus de deuil d’Alex qui doit se faire malgré l’enquête. Les deux histoires sont croisées tout au long du film.

Extrait du film Été 85 © Jean-Claude_Moireau_2020_MANDARIN PRODUCTION_FOZ_France 2 CINEMA_PLAYTIME PRODUCTION_SCOPE PICTURES
Extrait du film Été 85 © Jean-Claude_Moireau_2020

Éros et Thanatos

Été 85 c’est une histoire aux accents freudiens, convoquant simultanément et constamment Éros et Thanatos, l’Amour et la Mort. Le fait que les deux fils se croisent en permanence amène la création d’un lien étroit tout au long du film entre l’amour de David et sa mort. À la manière des tragédies classiques, la première scène, tel le prologue d’Antigone d’Anouilh, nous raconte la fin de l’histoire, inévitable, impitoyable.

Ozon nous narre donc un amour destructeur unissant Alex et David, duo auquel se joint par instant Kate, incarnée par Philippine Velge. Les frontières entre l’amitié et l’amour sont floues et sont franchies aisément, le temps d’une danse, d’une balade en bateau. Il en va de même des frontières entre la vie et la mort, cette dernière ne cessant d’être convoquée, par les mots, les images, les idées. Été 85 se mue en valse à mille temps, dansée par Éros et Thanatos, sous le doux soleil de l’été.

La chaleur de l’image

Et en effet, le soleil éclaire d’une douce lumière l’ensemble du film dont le grain est remarquable et admirable. Même la pluie se pare de ces douces couleurs de ciel d’un naturel saisissant. L’image en acquière une véritable chaleur qui adoucit le film et rappelle qu’il s’agit essentiellement des souvenirs d’Alex. L’histoire, profondément tragique mais agrémentée de touches d’humour et de tendres moments, grâce au style visuel adopté par Ozon, se fait douce et amère pour le spectateur.

Cette douceur ne cherche pas à invoquer une nostalgie pour les années 80, lieu commun de ces dernières années. Cependant, elle provoque indéniablement le désir de voir plus de films, lire plus de livres, qui eux aussi incarnent cette douce amertume. Été 85 fait ainsi parfois penser à des films tels que Harold et Maude et bien sûr, à Call Me By Your Name. Le couple principal incarné par Félix Lefebvre et Benjamin Voisin est très charismatique et suscite par sa seule apparition à l’écran, cette douce amertume. Elle est renforcée par leurs conversations qui rappellent aisément au spectateur sa propre adolescence.

Extrait du film Été 85 © Jean-Claude_Moireau_2020_MANDARIN PRODUCTION_FOZ_France 2 CINEMA_PLAYTIME PRODUCTION_SCOPE PICTURES
Extrait du film Été 85© Jean-Claude_Moireau_2020_MANDARIN PRODUCTION_FOZ_France 2 CINEMA_PLAYTIME PRODUCTION_SCOPE PICTURES

Une danse au rythme effréné

Il est par ailleurs impossible d’écrire sur Été 85 sans mentionner la bande-son qui rassemble des titres tels que Sailing de Rod Stewart ou In Between Days de The Cure. Ces titres et la bande originale donnent au film son rythme énergique caractéristique. Les scènes de danse sont extatiques, dynamiques et délirantes, à l’image des premiers jours de cet été.

Cela reflète bien l’ensemble du film qui passe à une vitesse folle, ne laissant pas véritablement le temps de s’attacher ou de s’émouvoir. La plupart des moments d’émotions tournent court, une nouvelle scène au ton tout à fait différent apparaissant sur l’écran, empêchant l’affection ou la tristesse de naître. Une demi-heure de plus, qui n’aurait servi qu’à allonger certaines scènes, aurait certainement permis de créer un effet plus durable sur le spectateur qui sent bien qu’il est de son devoir d’être ému, et qui veut l’être, mais son élan est brisé.

Date de sortie : 14 juillet 2020

Nationalité : Français

Durée : 1h40

De : François Ozon

Avec : Félix Lefebvre, Benjamin Voisin, Philippine Velge

Genre : Drame

Jeanne
Historienne de formation, elles est née l’année de Fight Club de David Fincher, Jeanne aime lire, aller au cinéma, ou encore lire au cinéma. Elle contribue à la rubrique cinéma de Be’Art Magazine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.