Quoi de mieux que de se mettre au dessin pour certain(es) ou se perfectionner pour d’autres. Lorsque l’on est confiné, quelles sont les activités qui arrivent en tête de liste ? Forcément, télétravailler est certainement la première, mais ensuite que fait-on ? Nous vous avons fait une sélection des dessins subtilement érotiques qui nous ont tapé dans l’oeil. Si cela peut vous inspirer dans vos prochains dessins, nous en sommes ravis d’avance !

Petites luxures accentue le confinement dans ses illustrations

Petites Luxures est un projet d’illustration initié par Simon, graphiste et directeur artistique depuis 16 ans. Ses premiers dessins ont vu le jour en 2014, comme Be’Art Magazine d’ailleurs. Son arme artistique ? L’encre qu’il dépose sur ses papiers.

Il a collaboré avec de nombreuses marques et designers dans des domaines très variés. Parmi eux, on trouve la lingerie, la faïence et même les skateboards. Quand on vous dit que l’art est partout. D’ailleurs en parlant de skateboard, une initiative caritative vient d’être lancée en partenariat avec @boom_art_com au profit de la Croix Rouge et de la situation que nous vivons tous actuellement. À gagner 4 skateboards (un triptyque + un skate « petites sirènes) ainsi que 3 tirages signés. Pour cela, le ticket d’entrée vous coûtera 10€. Tous les bénéfices seront reversés à la Croix Rouge. Pour participer à cette belle action, cliquez ici.

https://www.instagram.com/p/B-DHm3tKg0I/

Double trouble : les jumelles Agathe & Lorraine Sorlet

En ces temps confinés, en solo ou en couple, l’illustratrice Agathe Sorlet joue la carte de l’érotisme à fond. Sa soeur Lorraine Sorlet accentue davantage sur l’amour et le rapport charnelle dans le couple. Leur point en commun ? C’est de dessiner simplement l’amour et les femmes colorées. Leur travail respire la joie, la fraîcheur et l’amour évidemment. Vous pouvez aussi vous procurer leurs illustrations respectivement sur leur site internet. Elles y vendent notamment des dessins encadrés, t-shirts, sweats…

Les fesses à l’honneur sur 1001 fesses project

1001 fesses project réunie deux photographes, Emilie Mercier et Frédérique Marseille. Leur volonté ? « Dérouler un long poème visuel, éloge au corps féminin ». Sans le vouloir et tout naturellement, leur communauté a commencé depuis le début du confinement à s’exprimer en dessin, à partir de photographies des deux amies. Depuis, les dessins ne cessent de leur parvenir. La fenêtre est le point commun à toutes ces créations, comme symbole d’un échappatoire vers l’extérieur qui n’est pour le moment qu’un rêve en cette période de confinement.

La vision poétique de Shira Barzilay alias koketit

Les traits fins de ses dessins parfois superposés à de véritables corps dégagent une certaine douceur. Elle a commencé sa carrière en tant que graphiste, puis progressivement a trouvé sa place en tant qu’illustratrice de mode indépendante pour des marques. Elle a crée ensuite sa marque « Koketit« .

https://www.instagram.com/p/B9mTEyBDV_Z/

Les corps minimalistes d’Alexandria Coe

Alexandria Coe pousse les limites de la simplification des traits. Cette artiste basée à Londres représente le nu et ses différentes subtilités. Ses corps nus sont minimalistes. Cependant, ils portent en eux une certaine profondeur d’expressions.

https://www.instagram.com/p/B96obmIDAf7/?igshid=10al8m2pxgwcb&fbclid=IwAR1j_AbnGG1gcn8qiEyYxAKpOPavGqQ8Om_MCwwMbEKQTn9ulHZAOOJhJtM

Crédit photo en couverture : ©Agathe Sorlet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.