« Crawl », un huis-clôt prenant

be art magazine, culture, Kaya Scodelario mouillee sur le plan de travail d'une cuisine saccagée
Extrait du film

Trois ans après le thriller La Neuvième Vie de Louis Drax, Alexandre Aja revient à genre fétiche, l’horreur et l’épouvante. Crawl est le nouveau film d‘horreur du cinéaste dans la veine de Piranhas et Twister, dont l’action se déroule en plein ouragan. A la fois court et percutant, ce nouveau film signé Aja laisse planer une certaine tension tout en faisant sursauter son spéctateur toutes les 10 minutes.

Synopsis

Quand un violent ouragan s’abat sur sa ville natale de Floride, Hayley ignore les ordres d’évacuation pour partir à la recherche de son père porté disparu. Elle le retrouve grièvement blessé dans le sous-sol de la maison familiale et réalise qu’ils sont tous les deux menacés par une inondation progressant à une vitesse inquiétante. Alors que s’enclenche une course contre la montre pour fuir l’ouragan en marche, Haley et son père comprennent que l’inondation est loin d’être la plus terrifiante des menaces qui les attend…

Un peu plus d’horreur pour Mr Aja

Chevronné dans les thrillers et les films d’horreur, Alexandre Aja fait un retour aux sources avec de nouvelles créatures marines impitoyables. Ce dernier se fait remarquer en 2006 avec les remakes très réussis de La Coline a des yeux et de Piranha 3D en 2010. Le script de ce nouveau film est signé Aja, secondé par Sam Raimi qui est également à la production. 

be art magazine, culture, Kaya Scodelario
Extrait du film

Pour ce nouveau projet, le fils de Alexandre Arcady s’entoure de proches dont Grégory Levasseur à la production et Maxime Alexandre à la photographie. Depuis son plus jeune âge, Alexandre Aja rêve de pouvoir faire un film d’horreur avec des alligators assoiffés de sang. Lorsqu’il reçoit le script de Crawl, c’est un évidence pour le cinéaste, le synopsis suffit pour l’emballer et monter à bord du navire.

Un survival croquant à souhait 

Par son titre significatif, Crawl débute dans une piscine alors qu’une compétition de natation fait rage. Si cette mise en bouche reste sage et enfantine, les 10 prochaines minutes seront néanmoins plus agitées. En effet, l’intrigue se met très rapidement en place avec la survie des deux protagonistes entre les murs d’une maison inondée.  

Alexandre Aja donne immédiatement le ton avec un premier quart d’heure sous haute tension. Une cave infestée d’alligators vient semer le trouble dans une salle obscure déjà bien animée. Le spectateur va facilement se laisser bercer par cette série B efficace qui déroge pas à la régle du film angoissant à l’intrigue robuste.

be art magazine, culture, alligator sous l'eau , silhouette humaine
Extrait du film

Côté effets spéciaux et numériques, le metteur en scène nous sert une bonne dose d’alligators à la sauce tartare comme à son habitude, bien que plus reposant que Piranhas 3D. Avec des reptiles plus vrais que nature, le réalisateur n’hésite pas à surfer sur un aspect surréaliste afin de faire rêver un public assez large. 

Sans être parfait, Crawl reste simple dans son fond et riche visuellement pour un budget peu conséquent. Le résultat est satisfaisant, tous les codes sont respectés à l’image du cinéaste français qui déclare avoir fait un film tel qu’il aurait voulu le découvrir en tant que spectateur. Le réalisateur Alexandre Aja, en bon amateur du film d’horreur lance une révérence à son genre de prédilection avec son lot de reptiles peu accommodants, frissons garantis !

Date de sortie : 24 juillet 2019
De : Alexandre Aja
Avec : Kaya Scodelario, Barry Pepper, Ross Anderson
Genre : Epouvante-horreur
Nationalité : Américain

Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Il est né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma, il est passé par de nombreux supports culturels, il contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art Magazine depuis quelques années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here