Vous l’attendiez avec impatience depuis Au coeur de moi, son premier album à succès qui dépasse les 200 000 ventes en France. Vous l’aurez compris, Amir est de retour avec une énergie débordante et de bonnes vibrations musicales. Il revient avec Addictions, un opus à la fois personnel et sentimental restant dans la veine de son premier succès. Après de belles expériences humaines et artistiques, l’artiste apporte de nouvelles influences musicales, entre pop anglo-saxonne, électro et musiques orientales, il y en a pour tous les goûts.

Depuis The Voice, Amir connait une popularité sans pareille, il délivre un premier album fédérateur qui devient très rapidement disque de platine. En 2016, Il s’essaye à nouveau à la compétition, il est désigné pour représenter la France au concours de l’Eurovision. Il se hisse à la 6e position avec le titre J’ai cherché, tiré de l’album Au cœur de moi.

Un mélange parfait de pop/électro sous un souffle d’orient

C’est définitif, Amir troque son métier de dentiste pour celui de chanteur et ainsi se consacrer entièrement à la musique. Après un premier échantillon concluant, il retourne très vite en studio pour enregistrer son second album avec la même équipe artistique.

Il commence cette épopée musicale avec Que seront les hommes ?, un titre qui monte en rythme sur des sonorités variées, nous retrouvons un mélange électro house/Variété et un texte accrocheur qui donne des pulsions positives.

Amir dévoile peu à peu son message d’amour addictif, il enchaine avec son premier single électro-pop Etats d’amour. Un premier extrait qui fait mouche, il s’agit en effet d’un tube en puissance au texte limpide et recherché.

Sur une ballade plus adoucie, Tout passe navigue sur l’eau comme une barque à la dérive qui s’écoute facilement. Sur un ton accentué, l’interprète prend Les rues de ma peine comme une piste intense, il pose les mots avec délicatesse sur un thème personnel.

Après avoir traité le sujet masculin sur son premier morceau, le chanteur fait une déclaration avec Il était une femme, il livre un message d’amour aux femmes ou une en particulier. Sur Le coeur dans les cordes, le sixième titre, Amir s’ouvre à coeur ouvert avec un refrain pop anglo-saxon prononcé.

Addictions serait une machine à tubes ?

Avec Sors de ma tête, Opium et Laisse la vie faire, le trentenaire vogue avec de la “Pop Beat” et une cadence distillée à souhait pour deux tubes survitaminés qui ne passent pas inaperçus.

Ce dernier s’essaye à la dilection avec L’amourant sur un air romantique et poétique, il chante sur des harmonies atypiques tout comme sur la chanson Idylle qu’il interprète avec son épouse Lital. Sur une voix de velours prononcée, l’artiste énonce Que le temps s’arrête, restant dans des textes simplistes tout en s’imposant dans la rythmique bien agencée.

Amir rentre ensuite dans un autre registre, celui de son groupe préféré, il partage le titre franco/anglais No Vacancy avec One Republic sur des sonorités Dancehall et Pop/Rock. Dans la même lignée, La nuit s’installe parfaitement derrière le duo. Il termine par une chute orientale divine qui vient de ses racines, Anja apporte ce petit vent d’orient qui diversifie ce nouvel opus musical. 

Concours : 5 gagnants / 5 calendriers Amir à gagner

be art culture chanteur amir calendrier mural 2018

Pour participer :

Les gagnant(es) seront contactés par e-mail. Jeu-concours réservé à la France métropolitaine. Fin du concours : le Lundi 5 février à 23h59 !

PARTAGER
Jordan Tissot
Journaliste web culture & médias. Je suis né en 1991, l’année de Terminator 2 : Le Jugement dernier de James Cameron. Enivré de culture et de cinéma. Passé par de nombreux supports culturels, je contribue désormais à la rubrique cinéma de Be’Art depuis 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here