Soraya Khireddine fondait en février dernier le magazine web Influenth consacré à l’actualité des influenceurs. Et elle ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin avec ses 200 000 visiteurs uniques chaque mois. Moins de six mois après le lancement d’Influenth 2.0, le numéro 0 en format print est né, tiré à seulement 2000 exemplaires. Accompagnée d’une équipe expérimentée, passionnée de web et de culture digitale, Soraya a su tirer son épingle du jeu.

1- Se réconcilier avec les grandes marques grâce à Influenth

Nous sommes les premiers à râler, baragouiner à la moindre occasion, lorsque l’on est mécontent d’une marque. Quand la partie du contrat n’est pas remplie, on a juste envie de crier « Ô scandale ». Pour une simple revendication ou seulement pour titiller de grandes multinationales, les twittos ont une imagination à 140 caractères aussi hilarante qu’étonnante. Finalement Twitter est devenu un peu le lieu de villégiature pour tous ces consommateurs rouscailleurs que nous sommes.

Influenth a concentré le meilleur des perles des Community Manager. Notre préférée ?

@nyny_69 @bouyguestelecom Je me suis mis un téléphone dans l’anus, que faire ? @nyny_69 Ne bougez pas, je vous appelle… 😉 @bouyguestelecom

2- Rêver en numérique avec Fubiz

Romain Colin, affiché à la une du magazine est le fondateur du site Fubiz, lancé en 2005. À l’origine c’était un blog, il a prit l’étoffe d’un média seulement trois ans après sa création. C’est devenu une puissante source d’inspiration pour tous les passionnés de culture numérique, graphisme, design, arts numériques, tout y passe en avant-première. De l’inspiration arty tu viendras chercher chez Fubiz ! Une niche très bien orchestrée pour ce jeune entrepreneur aux idées aussi ambitieuses que débordantes.

3- Aimer enfin le nouveau logo Instagram

On avoue on était les premiers à critiquer le nouveau logo. Derrière nous, et pour toujours l’image de cet appareil photo aux allures vintage. Le logo se joue en couleur et finalement il n’est pas si mal. On aime Instagram même s’il tente de tirer les influenceurs de son côté avec sa toute dernière annonce : les Instagram Stories. Evan Spiegel, CEO de Snapchat n’a qu’à bien se tenir. Malgré tout, Instagram, on t’aime ! Puis 400 millions d’utilisateurs ça signifie qu’on peut se la jouer avec 400 millions de followers au max de notre forme, ok, tu nous a convaincu, on reste !

4- Un booster pour se lancer

Quand on apprend que Léa de la chaine YouTube « je ne suis pas jolie«  a lancé sa maison d’édition à 19 ans à peine. On a envie de rêver et de construire encore plus de projets, tout est à commencer, rien n’est jamais acquis, notre mantra !

5- Astuces snapchateurs

En début du magazine, on apprend que le filtre chienne est le filtre pute le plus populaire. Belle entrée en matière pour Influenth ! @MeninistTweet lance les hostilités en mars 2016 lorsqu’il associe tout naturellement le filtre chien à une pute. Actuellement ce filtre n’est plus disponible sur l’application. Les filtres sont éphémères et même s’ils sont populaires, ils disparaissent ou deviennent payants. Payer pour ressembler à un chien ? Non merci ! L’astuce livrée par Jessica Giovagnoli c’est de changer la date et l’heure dans les paramètres, vous pourrez ainsi retrouver et jouir des anciens filtres.

Abonnement 1 AN –  6 NUMÉROS : 29,90€

Influenth

Be'Art Magazine 2016.beartmagazine.-5-bonnes-raisons-de-lire-Influenth.3-576x1024 CULTURE

Be'Art Magazine 2016.beartmagazine.-5-bonnes-raisons-de-lire-Influenth.2-576x1024 CULTURE
Eric Salch

 

 

 

Lucie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here