La Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon ouvre enfin ses portes le 19 octobre prochain à 10h. C’est l’événement à ne pas rater en cette fin d’année.
Quatre temples de la gastronomie sont appelés à se développer en France entre Dijon, Rungis et Tours. Lyon sera le premier. Chacun aura sa propre thématique. La ville de Lyon a choisi de mettre en avant la relation entre santé et nutrition: un sujet pleinement d’actualité.

Lyon et la gastronomie

Considérée comme la capitale de la gastronomie française, Lyon est ville de tradition et de réputation culinaire. Sa renommée dépasse les frontières. Il était donc naturel d’y développer le concept d’une Cité de la Gastronomie. La gastronomie française, dont lyonnaise, sera mise en avant, pour tous et accessible à tous.

La gastronomie est considérée comme un art de vivre depuis l’Antiquité. Lyon a d’ailleurs toujours tenue une position stratégique de production et de diffusion.
La région est riche, avec un terroir divers et varié. On y retrouve des vins, des élevages agricoles de qualité, des mets spécialisés. Tous ces produits sont servis dans plus de 4000 restaurants répertorié. Lyon est ainsi la ville concentrant le plus grand nombre d’établissements en France.

be art magazine art culinaire, quenelle de brochet sauce nantua
Quenelle de brochet sauce Nantua

Autour de la gastronomie et de l’alimentation

Lyon regroupe aussi une concentration de grands chefs. Citons le regretté Paul Bocuse, Christian Têtedoie, Mathieu Viannay ayant repris les cuisines de feu Eugénie Brazier, grande dame figure de la gastronomie lyonnaise, Christophe Roure ou encore Takao Tokano et bien d’autres.

Lyon est aussi un centre névralgique de la cuisine où l’on trouve de nombreux événements culinaires. Citons le SIRHA ; Lyon Street Food Festival, les salons autour du vin, du goût etc.  
La ville se veut à la pointe des dernières tendances. Mieux manger pour être bien, voilà le leitmotiv des professionnels de la cuisine, de la ville et de la Cité de la Gastronomie.

be art art culinaire Sirha 2019 : une édition hommage faite de traditions et d’influences, coupe de patisserie, sculpture de sucre et chocolat
SIRHA 2019 – concours de pâtisserie

Un lieu chargé d’histoire

La Cité de la Gastronomie a investi l’un des bâtiments emblématiques de la ville de Lyon : l’Hôtel Dieu. Avec sa façade monumentale en pierre de taille blanche signée Jacques-Germain Soufflot, sa chapelle XVIIe, et ses dômes majestueux, ce monument situé sur les berges de Rhône a su traverser les âges et s’adapter.

Néanmoins la Cité de la Gastronomie n’occupe pas tout l’édifice ; seulement une partie et non pas des moindre. En effet, elle s’est implantée en plein cœur de l’Hôtel Dieu qui se trouve également être la partie la plus ancienne datée du XVIIe siècle. Un seul mur reste d’origine, semblant résister à l’usure du temps et de l’homme. L’ensemble de l’édifice a fait l’office d’une vaste campagne de restauration permettant aux lieux de retrouver leurs fastes d’antan.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, cloître de l'Hôtel Dieu, sa croix, entre deux arbres jumeaux, dome des Quatre-Rangs
Clôitre de l’Hôtel Dieu

L’Hôtel Dieu du mythe à la réalité

Tout commence en 542. Selon les dires, un premier établissement hospitalier est érigé sur la rive droite de la Saône, sous l’instigation du roi Childebert Ier et de la reine Ultrogothe répondant à la demande de l’évêque de Lyon.
Vers l’an mil, l’Ordre des frères pontifes en charge de la construction de ponts, décident de construire un hôpital sur la rive droite du Rhône afin de recueillir et soigner ouvriers et pèlerins. Ancêtre de l’hôtel Dieu, cet hôpital du Pont du Rhône avait une taille et un décorum bien plus modeste que celui d’aujourd’hui.

Il changea régulièrement de propriétaire et de nom, chacun apportant sa touche personnelle à l’édifice. Une chapelle fut érigée, les locaux agrandis face à l’expansion d’une population de plus en plus nombreuse. Néanmoins, il ne reste plus rien des premiers jours de l’édifice. Tout fut rasé et reconstruit au XVIIe siècle grâce aux nombreux dons immortalisés sur plaque tout autour dans les allées du péristyle du cloître.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, l'apothicairerie, photographie des maladesd e l'Hotel Dieu et leur soignants
L’apothicairerie, photographie des malades et de leurs soignants

L’un des dômes de l’Hôtel Dieu qui abrite aujourd’hui la Cité de la Gastronomie: le dôme des Quatre-Rangs, a été érigé à cette période. Il repose sur un plan en croix inspiré de l’Ospedale Maggiore de Milan. cette forme permettait une compartimentation des malades selon le sexe, les blessés et les fiévreux. Aujourd’hui cette compartimentation demeure autour d’un autel à double face et de son chancel. Chaque salle aura sa thématique bien précise entre histoire, tradition actualité et modernité.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, l'autel a double face du dome des Quatres-Rangs et son chancel
L’autel et son chancel du dôme des Quatre-Rangs

De grands noms

Beaucoup de VIP historiques sont passés par l’Hôtel Dieu. Outre certains rois de France et hauts dignitaires de la Cour de France, architectes, artistes et médecins de renoms ont marqué l’histoire de leur passage. Citons par exemple François Rabelais qui bien connu en tant qu’écrivain a aussi été médecin. Citons également Michel de Nostredame plus connu sous le pseudonyme Nostradamus ; l’architecte Soufflot a qui l’on doit la façade monumentale ou encore le scientifique Étienne Destot qui créa le premier centre de radiologie de France avec l’aide d’Auguste Lumières. On retrouve également, Louis Pasteur, Antonin Poncet, Mathieu Jaboulay etc.
Désormais de grands noms de la cuisine investiront l’Hôtel Dieu et plus particulièrement la Cité de la Gastronomie pour le plus grand plaisir de tous.

La Cité de la Gastronomie : un nouveau concept

La Cité Internationale de la Gastronomie s’étale sur 4 étages soit environ 4000 m² dans la partie la plus ancienne de l’Hôtel Dieu .Chaque étage est dédié à un espace défini autour du même thème : la santé et la nutrition.

Le Cellier : boutique et cafétéria

Au rez de chaussé, on retrouve la billetterie, la boutique de la Cité ainsi que la cafétéria où vous pourrez prendre une collation, discuter, et découvrir divers produits autour de la cuisine.

Le dôme des Quatre-Rangs, carrefour thématique

Le visiteur pénètre ensuite à proprement parlé dans la Cité de la Gastronomie en s’émerveillant sous le dôme des Quatre-Rangs. Juste au-dessus de l’autel l’artiste et maître verrier Vincent Breed a créé pour l’occasion une œuvre contemporaine : une dalle de verre sur laquelle repose 13 couverts sur 14. Selon les dires, au XVIIIe s, on soignait les malades avec la nourriture. Ayant la meilleure réputation des hospices de France, on raconte que 13 malades sur 14 guérissaient.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, dome des Quatre-Rangs, sculpture de Vincent Breed , dalle de verre ronde sur laquelle repose 13 couverts, camee, visages
Le dôme des Quatre-Rangs et l’oeuvre de Vincent Breed

L’exposition permanente

Espace musée, le premier étage est celui où le visiteur découvre « l’histoire de l’alimentation à travers les âges et les continents ». Il se sensibilise à « savoir mieux manger pour vivre ». Il est immergé dans un bouchon lyonnais, convié par les plus grands noms de la gastronomie locale mais aussi il se voit invité à découvrir chaque étape d’un repas gastronomique. Du champ à l’assiette en passant par le rite sociétale et culturel du partage convivial d’un repas ; « les arts de la table » n’auront plus aucun secret.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, le salon, Paul Bocuse, son piano de cuisine, chefs réputés, etc
Bon Appétit
be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, le marché, les Halles, sac de cacao , praline rose, fraises, fleurs, bocaux
A Table – le marché, les Halles de Lyon

A ne pas rater , l’apothicairerie de la Charité. Un espace hors du temps avec ses boiseries somptueuses d’époque. Cela nous fait découvrir la relation intime entre cuisine et médecine tout en voyageant à travers les siècles.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, l'apothicairerie, bocaux en faïence, plafond fleuri, armoires de bois
l’Apothicairerie de la Charité

Au cœur d’une préoccupation certaine concernant l’alimentation d’aujourd’hui et de demain, le visiteur via une salle moderne, cosy et dédiée va pouvoir satisfaire sa soif d’informations. Quelle nourriture pour l’avenir? Quels sont les effets de la surconsommation et de l’élevage de masse? Qu’en est-il du bien être animal? etc.

L’espace Miam Miam des petits (et des grands)

Le deuxième étage est celui des petits et des grands en mal d’apprendre.
L’espace Miam Miam est un espace pédagogique destiné à l’apprentissage. Le visiteur de tout âge peut découvrir les cycles de l’alimentation dans un décor digne d’Alice aux pays des merveilles ou la cuisine rapetisse et les ustensiles s’agrandissent.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, espace miam miam, mini cuisine coloree pour les enfants, tabourets, cuisine equipee, refrigerateur hotte, fenetre placards
Espace miam miam, la cuisine des enfants

Le Gastro’lab

Avec le Gastro’Lab ; le visiteur est à même de côtoyer les dernières tendances dans le domaine de l’alimentation. Il s’agit d’un espace de coworking où les professionnels du milieu pourront réfléchir ensemble et proposer leurs idées afin d’enrichir la Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon.

L’atelier des chefs

Le dernier étage est consacré aux chefs en résidence. Ils proposent des ateliers découvertes. Observation et explication puis dégustation dans l’espace prévu à cet effet (à condition de s’être acquitté de ce privilège à la billetterie).

Cet étage est également celui des expositions temporaires où divers thèmes autour de l’alimentation seront proposés tout au long de l’année. Parmi les thèmes attendu: un tour du monde de la gastronomie, accent sur un aliment/ingrédient, etc.

be art magazine, La Cité de la Gastronomie de Lyon, la cuisine des Chefs
Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon, l’Expérience dégustation

Le premier à ouvrir le bal est Régis Marcon, parrain de la Cité et chef trois fois étoilés de Saint-Bonnet-le-Froid en Haute-Loire.

En bref !

La Cité Internationale de la Gastronomie est le lieu incontournable de cette fin d’année. Que vous soyez lyonnais résidents ou juste de passage n’hésitez pas à franchir les portes du grand Hôtel Dieu et venir visiter ce nouveau concept. Les lieux sont absolument époustouflants ; ouvert du mardi au dimanche de 10h00 à 19h00 et le samedi jusqu’à 22h00.

Combien ? Les prix d’entrée à la Cité de la Gastronomie pour visiter les espaces musées sont de 12€ plein tarif pour les adultes et 8€ pour les enfants de 5 à 15 ans et  tarif réduit. Les demandeurs d’emploi et bénéficiaires des minimas sociaux devront s’acquitter de 3€. Enfin la Cité est gratuite pour les enfants de moins de 5 ans et les accompagnateurs de personnes en situation de handicap et de groupe .

La Cité propose également des visites guidées absolument palpitantes pendant lesquelles on découvre l’histoire de l’Hôtel-Dieu et son lien avec la gastronomie.On nous propose de découvrir la réputation de Lyon dans le monde de la cuisine et tout un tas d’anecdotes à raconter à son tour autour d’un bon repas gastronomique français. Que vous soyez jeunes ou moins jeunes différents ateliers existent pour ravir les visiteurs.

Si vous souhaitez une expérience inédite et gustative prévoyez de multiplier par deux le billet d’entrée. Vous pourrez assister à l’expérience dégustation. Elle consiste en un temps d’échange avec les chefs présentant une gamme de produit, histoire et bienfaits, sur un thème défini selon le chef invité et la saisonnalité. S’en suit la dégustation de ces mets comprenant 3 amuses bouches ainsi qu’une boisson alcoolisée* ou non.

Il est également possible de réserver sa place pour participer à la Belle Assiette du Samedi Soir. Pour 29€ vous pourrez profiter d’un délicieux repas (plat, dessert et verre de vin*). Ce tarif comprend l’entrée à la Cité, La Belle Assiette du Samedi Soir ainsi qu’une petite surprise à la fin du repas. On ne vous en dis pas plus, venez vite découvrir!

* Attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé

Roო’In
Plus qu’une passion : un style de vie. Historien de l’art et archéologue de formation, Roო’In a souhaité faire partager son amour pour la culture associé à celui pour la cuisine afin de les rendre accessible à tous. Bien manger, apprendre et découvrir sont ses maîtres mots.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.