Nous avons eu la chance d’aller à l’inauguration de la nouvelle fresque du MUR à Strasbourg pour y rencontrer l’artiste Salamech et l’organisatrice de l’événement Chloé. Nous en avons pris plein les yeux et plein le cœur.

2017.beart.lemur.n°2

Le MUR, c’est quoi ?

Le MUR, c’est une surface dans le quartier de la gare de Strasbourg qui change tous les trimestres. En effet, l’association Sprayclub dont Chloé est la présidente, a créé un espace dédié à l’expression libre. L’association invite un artiste à réaliser une œuvre sur une surface en béton et l’artiste actuel peint par dessus l’œuvre de l’artiste précédent.

2017.beart.lemur.n°3

Salamech et son oeuvre

L’artiste de ce trimestre est un jeune homme s’appelant Salamech. Lors de notre rencontre, il nous a raconté son parcours. Salamech vient de Montpellier et est un artiste depuis bien longtemps. Il a commencé, comme beaucoup de graffeurs, illégalement. Il dessinait sur les murs, les trains, ce qu’il trouvait… Puis, il s’est fait prendre en 2009 et après avoir été obligé de rembourser de grosses sommes, il s’est lancé dans des expositions et ça marche ! Aujourd’hui, il peut vivre de son art.

L’œuvre d’aujourd’hui s’appelle « Ma France Black, Blanc, Beur. » C’est une œuvre représentant la vision subjective de Salamech sur la France actuelle. Avec ces trois portraits, il voulait mettre en avant des personnes intéressantes, positives et faisant des choses innovantes. Avez-vous réussi à les reconnaître ?

Nous retrouvons Omar Sy, Danielle Méran et Pierre Rahbi.

De plus, on retrouve aussi une trame dans la phrase, presque cachée, derrière les portraits « Dans le jardin, les fleurs sont multiples mais l’eau est une ». Message voulant indiquer que nous sommes tous différents mais que chacun de nous a besoin de la même chose.

Nous avons posé la question sur les yeux vides des personnages, les seules et unique zones blanches de l’œuvre. L’artiste nous a expliqué que le fait d’enlever les yeux, permettait de ne pas mettre en avant la personne dessinée mais de mettre en avant les actes et tout ce qu’elles représentent. Comme un besoin d’unité entre les gens et les actions positives !

On peut dire que c’est une œuvre qui se veut humaine, pleine de bienveillance et de positivité.

2017.beart.lemur.n°4

L’avis de Be’Art

Le concept est particulièrement intéressant. L’idée d’œuvre éphémère donne ses lettres de noblesse au temps qui passe et qui change. Utiliser une surface aussi grande permet d’éblouir les personnes ayant fait le déplacement pour admirer l’œuvre. Mais aussi ceux qui passaient par hasard. Concernant l’œuvre actuelle de Salamech, les couleurs et le message font du bien en ces temps où l’espoir est de rigueur.

Vous pouvez retrouver toutes autres fresques et toutes les informations sur Le MUR Strasbourg et Spray club. Et on se donne rendez vous pour la prochaine oeuvre en juillet !

Gaëlle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here