Le temps passe, souvent sans que l’on s’en rende compte. Mais certains événements nous rattrapent et nous collent bien les pieds sur Terre, là dans le présent. Comme par exemple un mariage inattendu.

Un jour, j’étais tranquillement chez moi à redécorer ma chambre lorsque je reçois un appel de ma copine Clothilde.

« Je dois t’annoncer quelque chose. »

Ni une, ni deux, je me marre en disant que si elle m’annonce un mariage ou une grossesse, cela ressemblerait beaucoup à un film avec Katherine Heigl.

« Bah en fait… Je vais vraiment me marier. »

BOUM ! Le sort était tombé et ma jeunesse aussi. Ma copine que j’ai rencontrée au lycée, avec qui j’ai eu de grandes et longues discussions sur comment on pourrait refaire le monde, va se marier. Avec un vrai mari. Une robe blanche. Des alliances. Pour de vrai. Et tout ça dans le monde réel.

Je suis absolument ravie pour elle. Elle est amoureuse et sûre de son choix. Son futur mari est un amour de garçon et ensemble j’espère qu’ils vivront de grandes choses.

Mais.

C’est quand même étrange. Pas par rapport à elle, mais par rapport à moi, à nous, les autres, les incertaines. J’en suis où dans ma vie moi ? Elle a rencontré l’homme avec lequel elle va se marier au même moment où j’ai rencontré mon mec. Enfin mon ex-mec, avec qui je viens juste de rompre. Le hasard fait bien les choses, hein. A un petit rien, cela aurait pu être moi et ça me donne des frissons dans le dos.

A quel moment on est prête à passer le cap de la bague au doigt et du changement de nom ? Comment on sait que c’est cette personne pour la vie, celle à côté de qui, on a envie de se réveiller tous les matins ? Comment on est sûr que tout ça est réel et pas une hallucination de notre cerveau complètement détraqué ? Et bordel comment on sait qu’on a choisi la bonne robe ?!

Puis après toutes mes interrogations posées dans ma tête et moult conversations avec mes autres copines célibataires, la date de la cérémonie est arrivée.

La cérémonie du mariage

 

Le cadre était charmant, une petit salle décorée sobrement de lumière douce et de voiles blancs avec un extérieur verdoyant. Le fond musical du vin d’honneur était un piano tendre, joué par l’oncle de la mariée. Tout était d’une élégance étincelante et puis je l’ai vue.

Elle était là, dans sa robe blanche, robe superbe, taillée pour elle. Comme dans un film, elle s’est tournée et m’a sourit. Magnifique. Elle est venue me saluer et me présentant l’homme à son bras, elle m’a dit :

« Voici mon Mari. »

J’ai souri parce que c’était joli. Mais dans ma tête, c’était plus une petite moi qui sautait, en se tenant la tête et hurlant :

« OH MON DIEU ! C’est son mari ! Et elle c’est sa femme ! OH MON DIEU, je suis pas prête pour ça, je suis pas prête pour ça ! »

La soirée était douce et tendre comme les regards échangés entre les mariés. Il y a eu des discours des familles, c’était joli, comme dans un rêve.

Je discutais avec les personnes assises à ma table, nous étions tous d’accord sur le fait d’être ravis par cet événement et en même temps tout à fait troublés. Personne n’aurait parié qu’elle serait la première à se ranger.

Et puis sincèrement tout le monde pensait à sa propre place dans cette histoire de mariage, est-ce qu’on est prêt ou pas ? Est-ce qu’on le sera un jour ? Est-ce qu’on veut l’être ? C’est un assez grand pas dans la vie tout de même de devenir « Monsieur et Madame truc. »

Là, où on en est

Voir nos amis évoluer nous rappelle que nous aussi on grandit et ce changement nous pose la question de notre avenir. Des choix que l’on doit prendre concernant notre vie personnelle (Est-ce qu’on peut autoriser la polygamie mais juste pour moi?), professionnelle (Le chômage c’est un métier non?), matérielle (maté-quoi?) , …

Mais ce fût un grand événement, pour toutes les personnes présentes ce soir là, les mariés, les familles des mariés et tous les amis.

Mais ce que je retiendrais le plus c’est que même si je suis pas du tout prête à sauter le pas, je vais quand même commencer à chercher la robe idéale pour être la plus belle le moment venu !

Et non, il n’y a pas eu de lancer de bouquet car même si Clothilde était prête à sauter le pas, elle savait très bien que toutes ses copines présentes ce soir là auraient fait un pas sur le côté pour éviter ce satané bouquet.

PS : L’instant magique de cette soirée ? Toutes les filles se déhanchant sur Queen B et Clothilde au milieu en robe de mariée agitant sa main gauche « Cause if you liked it then you should have put a ring on it ».

2016.beart.j'aimariémapremièrecopine.n°2

Vœux de bonheur et longue vie à l’amour !

Gaëlle

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here