« Shoboshobo » est une onomatopée japonaise qui désigne « un ballon qui se dégonfle ». Ça désigne aussi « quelque chose de naze ». Voici comment Mehdi Hercberg se nomme à partir de 2001. La relation avec le Japon qu’il entretient est très présente dans son art. Les figures étirées comme des chewing-gum, imbriquées les unes dans les autres, montrent un rapport évident entre elles. La musique tient également une grande importance, particulièrement la musique pop-japonaise.

Shoboshobo collabore avec des magazines mais aussi avec des marques comme Red Bull, qui lui a demandé de dessiner directement sur leur frigo. Il a également dessiné sur un van pour la marque Pull and Bear. La Galerie 12 Mail invite l’artiste Shoboshobo à présenter son travail jusqu’au 30 avril 2015. 3 jours durant et après environ une vingtaine d’heures de travail, lors d’un happening exceptionnel, une fresque est née sous le marqueur à l’huile et toxique de l’artiste. À force de précision et de patience des êtres monstrueux surviennent comme s’ils vous dévoraient des yeux. Vision apocalyptique réelle ou réel effet de notre imagination ? Chacun y voit ce qu’il souhaite.

Les visiteurs ont été invités à suivre en direct l’évolution du travail de l’artiste. Quoi de mieux que de transformer la galerie en un atelier privé. Se délecter de l’évolution du travail d’un artiste est assez exceptionnelle. Son activité se situe à la croisée du happening et de la performance artistique. Fruit d’une totale improvisation, des zones plus ou moins mates apparaissent sous les yeux des visiteurs. Pas moins de 6 marqueurs ont été utilisés pour réaliser cette fresque m’a précisé l’artiste. À côté de cette grande fresque improvisée, des dessins réalisés à la technique de l’aérographie habillent les murs de la galerie. Cet outil n’est autre qu’un pistolet à peinture. Il fonctionne grâce à de l’air comprimé et à la peinture que l’on y ajoute à l’intérieur. Il permet la création de dégradés. Sa série sur les gros yeux émane de cette technique.

Le soir du vernissage

Le vendredi 20 mars, les visiteurs ont été invités à tirer tour à tour au paintball sur des dessins contrecollés signés de la main de l’artiste. « pan, pan, pan, pan , pan »! Laser rouge, giclures jaunes, coulures de peinture ont rythmé cette soirée. Après avoir visé sa cible, 5 coups de paint-ball plus tard et le dessin prend une tout autre apparence. Maîtrise, domination, invitation du spectateur à participer à son œuvre. Aucune frontière n’existe pour Shoboshobo, dessinant aussi bien sur une fresque, sur un van, sur un frigo, rien ne semble l’arrêter. La précision de son trait et le temps passé à de longues heures à dessiner nous fascine. Cette exposition finalement proposée en deux temps forts est intéressante, permettant au  spectateur de se projeter dans son oeuvre.

Source : http://www.pullandbear.com/fr/fr/pullthemetal-c1123520.html#/view/2015/3/11/11/13/pull-bear-paris
Shoboshobo x Pull and Bear

 

Fresque-Galerie 12Mail

fresque Shoboshobo-beart

 

aerographie Shoboshobo-beart

Technique aerographie Shoboshobo-beart

paint ball shoboshobo -beart

 

paint ball shoboshobo -beart

Informations pratiques :

Site de la galerie : http://www.12mail.fr/

Vidéo de l’artiste en train de réaliser sa fresque

 

Lucie

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here