A la rédaction, nous avons eu un coup de cœur pour ce magazine lifestyle destiné aux hommes et nous avons voulu partager avec vous leur façon de penser et l’essentiel de leur magazine.

C’est lors du lancement du Black Supermarket que nous avons fait la rencontre de Mehdi, fondateur et rédacteur en chef de Barberline, et Daniel, bras droit de Mehdi et directeur de communication et web digital de Barberline. Deux énergumènes aux styles assurément ravageurs. Ils nous ont donné rendez-vous au Beverly Club, lieu atypique full of neon en plein de cœur de Paris, pour une interview placée sous le signe de la joie et de la bonne humeur.

2017-beartmagazine-linterview-decalee-de-mehdi-et-daniel-de-barberline-5

Comment avez-eu l’idée de créer Barberline ?

Mehdi : Il y a 4 ans, je cherchais une idée pour mon projet de fin d’étude dans l’école Campus Fonderie de l’Image, spécialisée dans l’art et le graphisme. A cette époque, je faisais pousser ma barbe et la changeais de forme selon mes envies. C’était bien avant la « tendance » avec les barbus, moustachus et hipsters d’aujourd’hui. L’un de mes professeurs l’avait remarqué et a commencé à me taquiner avec ça. C’est à partir de ce moment que j’ai eu l’idée de créer un webzine lifestyle masculin au nom de Barberline.

Officiellement lancé en 2014, c’est un site qui me ressemble et qui traite de sujet qui me passionne comme les tatouages, la musique, le street-art… Puis nous avons eu l’envie de dynamiser Barberline en lançant le magazine en Janvier 2015. C’est un support destiné aux hommes mais il est important pour nous que les femmes puissent aussi le lire.

Daniel : J’ai rejoins l’équipe de Barberline il y a 3 ans lorsque j’ai croisé Mehdi à un événement dont il était partenaire. Initialement, je connais Mehdi depuis les bancs de l’école il y a 10 ans maintenant. Aujourd’hui, je suis qui dirait le bras droit de Mehdi dans cette aventure et je m’occupe essentiellement de la partie communication et du digital du magazine. A date, notre équipe est composé de 5 rédacteurs et d’un photographe.

Comment décrirez-vous Barbeline ?

D : À notre image c’est-à-dire street, lifestyle, sophistiqué en mettant l’accent sur la mode, la musique, la culture, le food, les tatouages et les barbershops.

M : je dirais qu’il s’agit d’un magazine vivant qui reflète conformément aux personnes qui l’a créé. Barbeline est une part d’âme de chaque rédacteur. Nous souhaitons garder cette ligne de conduite au détriment du système.

2017-beartmagazine-linterview-decalee-de-mehdi-et-daniel-de-barberline-4

Quel lien entreteniez-vous avec l’art ?

M : Parlez d’art est un sujet vaste mais pour être honnête, le rococo est ma période préférée. J’adore également le cinéma américain des années 60 et 70, les films étrangers et coréens. Bien évidemment, le street-art fait partie de notre quotidien à tous, nous y sommes tous confrontés avec les tags que nous pouvons croisés dans la rue. J’ai eu l’occasion d’organiser plusieurs expositions de street-art à Paris qui ont plutôt rencontrer un bon succès.

D : D’ailleurs en parlant d’art, notre école nous a demandé d’être tous les deux professeurs formateurs. Cela aurait été fun d’être collègues et co-associés pour Barberline. Plus sérieusement, je suis plus sensible aux mobiliers d’artisanat puisque j’ai pu travaillé aux Ateliers d’Art de France. Le salon Maison & Objet est un rendez-vous incontournable dont je puisse mes inspirations.

Que pouvez-vous nous dire sur vous ?

M : J’ai peur de l’avion, j’aime cuisiner (quand je fais les courses) et je fais du sport régulièrement, presque tous les jours même (eh oui !).

D : J’ai une tête de dragon et une tête de panda tatoués sur le même bras.

Qu’avez-vous fait de plus fou dans votre vie ?

M et D : Nous marier à une soirée devant Elvis.

What’s next ?

M : Nous avons plusieurs projets dans le pipe. Nous réfléchissons sur un changement de maquette et de formule pour le prochain numéro de Septembre 2017 mais rien n’est encore défini. En attendant, nous continuons de promouvoir le numéro 3 de Barbeline. D’ici ce printemps, nous organiserons une exposition de street-art.

D : La prochaine fois, nous ferons une interview dans le Uber d’Adrien, un des rédacteurs de Barberline et nous l’appellerons « Dans l’intimité de Barberline » !

En tout cas, à la rédaction de Be’Art Magazine, nous adhérons à cette idée d’Uber interview ! Nous avons adorés ces deux personnages, nous espérons que vous aussi ! Rendez-vous au kiosque le plus proche pour vous procurer le magazine Barberline.

2017-beartmagazine-linterview-decalee-de-mehdi-et-daniel-de-barberline-3

Le magazine Barberline est distribué chez Colette

213, rue Saint-Honoré – 75001 Paris

www.barberline.fr

Sylvie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here