Jean-Paul Gaultier c’est plus qu’un nom dans l’histoire de la mode, plus qu’un monument vivant de la célèbre marinière revisitée un nombre incalculable de fois. Pour sa 10e étape, l’exposition pose ses valises au Grand Palais mais a déjà attiré de nombreux spectateurs depuis 2011 dans les villes de New-York, Londres, Melbourne…L’exposition retrace ses plus grands modèles et ses sources d’inspiration. Vivants, attachants et même parfois ensorcelants, les costumes présentés sont d’une extrême richesse posés sur des mannequins doués d’humanité. Des expressions du visage s’animent de sourires, de clignements d’œil. Des mouvements quasi réalistes, leurs yeux se posent et se croisent à notre propre regard.

Expérience déstabilisante ?

Pas du tout ! La conception de l’exposition fort bien menée nous projette dans l’univers de l’artiste. J.P Gaultier prend la parole devant nous comme s’il était présent physiquement, nous accompagne dans notre visite, explique ses grands thèmes abordés : la Parisienne par exemple. Une volonté d’enseignement au public est octroyé par le maître de la mode. Un soin particulièrement poussé est apporté aux visages maquillés, très personnalisés des mannequins. La scénographie a été conçue par l’agence parisienne d’architectes-scénographes Projectiles et adaptée à Paris par Sandra Gagné du Musée des beaux-arts de Montréal.

Le film Falbalas de Jacques Becker est le point de départ vers son long chemin pour haute-couture parisienne. C’est le film qui lui a donné envie de s’orienter vers ce métier. Il débute sa carrière dans le prêt-à-porter à partir de 1976 mais fonde sa maison de haute-couture une vingtaine d’années plus tard, en 1997. Au cours de sa formation, il est passé dans de grandes maisons de coutures reconnues, comme celles de Pierre Cardin, Jean Patou.

En 1986, il ouvre sa première boutique au cœur de Paris, à la Galerie Vivienne. Une de ses grandes pièces emblématiques est la marinière  et tout ce qui touche à l’univers marin. Vous trouverez de magnifiques sirènes vêtues de costumes extrêmement travaillés. La marinière adaptée aussi bien aux hommes qu’aux femmes. C’est ce qu’on aime aussi chez lui, c’est cette possibilité de transgresser les règles classiques de l’habillement. Il chamboule les codes de la mode et pare les hommes de jupes. L’égalité des sexes y est pour quelque chose et constitue un réel engagement de sa part. Le style JPG s’adresse à tous les styles, tous les âges, toutes les tailles, toutes les couleurs de peaux.

Le corset a été travaillé et retravaillé par le couturier. Mais loin des carcans physiques imposés par le corset. Chez JPG, le corset veut révéler le corps de la femme et être l’équivalent du veston chez l’homme. Il ne contraint surtout pas son corps, au contraire il veut le libérer. Enfant, il fut préoccupé très vite par le corps de la femme mais n’ayant pas de poupées à disposition, il fait ses premiers essais sur Nana, son ours en peluche. Il lui crée des seins avec du papier cartonné. C’est plus tard qu’il créera le soutien-gorge à seins coniques qui est une référence évidente à ses premières recherches avec Nana.

Le défilé

C’est le moment ultime où tout prend forme, les mannequins bougent, les costumes dessinés dans l’atelier entrent en action sur le podium. L’aboutissement de son travail éclot pour prouver que chacune de ses créations peuvent réellement être portées.

La scénographie

Au cœur du défilé du créateur…

Le podium, les mannequins, les costumes, les projecteurs et les spectateurs présents pour mimer au plus près du réel l’ambiance du défilé. L’annonce des modèles se fait dans la pure tradition des défilés de JPG. Les invités sont placés derrière les spectateurs même. Ce dernier a une place de choix pour profiter de cette présentation exclusive.

Cette exposition très richement documentée est une réelle invitation à la découverte des plus grands modèles du maître. La vision que Jean-Paul Gaultier nous donne de la mode est totalement éclectique. Elle s’adresse à tous, sans aucune distinction. Son travail est le reflet d’une incroyable humilité.

 

 

l'odyssée jpg-beart
Vue de l’exposition- L’Odyssée

 

Vue de l'exposition
Vue de l’exposition

 

sirènes jpg-beart
Collection Les Sirènes, modèle Le Bal des sirènes

 

Vue de l'exposition Jean-Paul Gaultier

 

 

Lucie

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here